3857

Dieu ne dépend pas de ce que nous sommes...mais de ce qu'Il peut faire de nous

Morris CERULLO

Un des plus grands miracles de Dieu est la façon dont Il peut prendre des hommes et des femmes ordinaires, humains, faibles, souvent voués à l’échec, influençables et sans caractère, et les transformer en des sources de force et de puissance d’où jaillit un ministère dynamique exercé pour Dieu Lui-même. Il peut le faire. Il l’a fait avec Pierre. Il l’a fait avec Jacques et Jean. Il l’a fait avec les autres apôtres. Il peut le faire avec vous et avec moi aujourd’hui.


Il peut le faire. Pierre était juste une personne ordinaire, illettrée et sans instruction, pleine de défauts et d’échecs. Il était chancelant, instable, tendu, nerveux et imprévisible. Néanmoins, lorsqu’il s’est emparé de la puissance de Dieu, et que la puissance de Dieu s’est saisie de lui, il a été transporté à un niveau de puissance qui a irrésistiblement attiré des milliers de gens dans le royaume de Dieu.

Quelques fois, nous travaillons et nous agissons avec l’impression que certains apôtres seuls sont choisis pour exercer des ministères de miracles extraordinaires. Cela n’est pas vrai. Nous oublions qu’il y avait cent vingt disciples dans la chambre haute le jour de la Pentecôte, et non pas onze.

Dieu a besoin aujourd’hui de disciples qui bouleverseront le monde pour Lui et gagneront cette génération pour Christ. C’est là le but et l’objectif de ce message de Producteurs de Preuves : enseigner à des disciples consacrés comment ils peuvent, eux aussi, avoir la même puissance dans leur ministère qu’avaient les apôtres. Dieu ne change pas. Les dénominations changent, les gens changent, les structures de l’Église changent, mais Dieu ne change pas. Il ne change jamais. « Car je suis l’Éternel je ne change pas... » (Malachie 3:6) « Toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation. » (Jacques 1:17)

Ce que Dieu a fait pour Pierre, ce qu’Il a fait pour Paul, ce qu’Il a fait pour André, Thomas et Matthieu, Il peut le faire aussi pour vous ! Il y a deux mille ans, l’Église primitive avait presque conquis le monde entier d’alors pour Jésus-Christ. Un seul homme, Paul, exerçait un tel ministère de puissance et de démonstration de l’Esprit de Dieu, au point qu’il avait atteint toute l’Asie. Aujourd’hui, il existe des centaines d’églises dans nos villes : Los Angeles, New York, Chicago, Toronto, chaque ville en Amérique du Nord..., et pourtant nous ne pouvons même pas prendre une seule ville pour Dieu, pas même une seule. Si ce que nous voyons à l’heure actuelle dans nos églises est tout ce que Dieu a pour nous, alors ce monde est dans un triste état. Il est alors destiné à l’enfer.

Nous n’avons même pas entamé la surface de ce que Dieu désire, de ce qu’Il attend, et de ce qu’Il aimerait voir se manifester dans l’église et dans la vie des vrais disciples, avant que Jésus-Christ ne revienne chercher Son Église.

Prophétie : Une puissante force spirituelle est sur le point d’être libérée. Elle apportera la plus grande manifestation de la puissance de Dieu que le monde n’a jamais vue ! Ce qui est arrivé à Pierre doit nous arriver. Ce qui s’est passé avec tous les autres apôtres de l’Église primitive doit se passer avec nous. Il y a deux mille ans, une poignée de gens ont atteint le monde alors connu. Deux cent ans après la mort de Jésus-Christ le monde entier était devenu chrétien, les gouvernements, les gouverneurs, les chefs d’État, les rois, tout le monde. Ils n’étaient pas tous consacrés à cent pour cent, mais au moins ils rendaient hommage au christianisme. Ils étaient en quelques sortes influencés par l’Église. Or, deux mille ans après la mort de Jésus-Christ, la moitié du monde n’a même pas entendu parler de Lui.

CE QUE L’ÉGLISE PRIMITIVE POSSÉDAIT

L’Église primitive possédait une certaine capacité. Ils n’avaient pas la Bible. Ils n’avaient pas la Parole écrite comme nous la possédons aujourd’hui, vous et moi. Ils ne possédaient pas de système d’information de masse. Ils ne disposaient pas de tout le confort moderne du transport et de la communication. Pas de voiture, pas d’avion, pas de télévision, pas de radio,… Cependant, ils possédaient quelque chose qui comblait le manque de ces commodités. Ils étaient revêtus de PUISSANCE.

Cela nous conduit à une question très importante : Comment pouvons-nous, en tant qu’hommes et femmes ordinaires, espérer être comme les saints d’autrefois, ou avoir la puissance que possédaient les apôtres de l’Église primitive ? Cela est-il possible ? Dieu, que devons-nous faire ? Que devons-nous faire ?

Pour vous montrer que cela est possible et que vous pouvez avoir une telle puissance de Dieu dans votre vie et dans votre ministère, j’aimerais partager avec vous une expérience personnelle et intime que j’ai vécue avec le Seigneur à un moment où je me sentais très découragé par mes propres capacités et efforts. Cette expérience s’applique à chaque personne qui veut faire les œuvres de Dieu. Elle démontre bien clairement de quelle substance Dieu a besoin pour former les Producteurs de Preuves qui feront Ses œuvres dans notre génération.

Il y a bien des années de cela, j’étais aux Antilles pour une série de grands rassemblements. A Trinidad, il y avait 50 000 personnes présentes, aux Barbades, 75 000. En une seule soirée, 50 000 personnes ont reçu Jésus Christ comme leur Sauveur et Maître, alors qu’il pleuvait averse. Il y avait de grandes foules partout où nous allions. Aux Grenades, petite île de 60 000 habitants, 35 000 personnes assistaient à nos réunions dans le Queen’s Park. La puissance de Dieu se manifestait à chaque réunion. Néanmoins, un jour avant que j’aille à la réunion, je déversais mon cœur dans la prière au Seigneur. Je disais alors : « Seigneur, je suis tellement découragé » Il est difficile de comprendre cette chair humaine qui est la nôtre. Comment pouvais-je être découragé alors que j’étais en train de voir les îles des Antilles être bouleversées par la puissance de Dieu ? À quelques heures de cela, j’allais exercer le ministère de la Parole envers 35 000 personnes... et pourtant me voilà, prosterné sur le plancher devant Dieu, en train de lui énumérer tous les échecs et les faillites de ma vie... gémissant.

Je disais : « Dieu, je ne sais vraiment pas pourquoi Tu te sers de moi. » N'avez-vous jamais dit cela ? « Dieu, je ne vaux rien » ? N'avez-vous jamais dit cela : « Dieu, je suis moins que la poussière sur le plancher de ma chambre. Pourquoi est-ce que Tu te sers de moi ? » N'avez-vous jamais dit cela à Dieu ? N'avez-vous jamais pensé à cela ? Dieu m’a parlé alors, pas d’une façon audible, mais Il m’a parlé dans mon esprit, dans les profondeurs de mon âme. Il a dit: « Mon fils, pourquoi te sens-tu si découragé ? » J’ai pris ma Bible que je gardais toujours auprès de moi pendant que je priais. J’ai dit : « Dieu, si seulement je pouvais être comme les grands hommes dans la Bible ! Je serais si heureux et je ne serais pas découragé si je pouvais tout simplement être comme l’un de ces hommes ». Je pensais ce que je disais. N'avez-vous jamais regardé les hommes dans la Bible et ne vous êtes-vous jamais demandé: « Seigneur, si je pouvais seulement être comme l’un d’eux » ? Si je pouvais seulement être comme Pierre, comme Paul, comme Elie ? Je l’ai fait moi, et Dieu a dû me donner une leçon à ce sujet pour démontrer une grande vérité concernant Sa grâce et Sa miséricorde. J’ai dit : « Ô, Dieu, si je pouvais seulement être comme un de ces grands hommes dans la Bible ! » Le Seigneur m’a dit alors : « Parfait, Morris. Auquel de ces hommes veux-tu ressembler ? »

SI JE POUVAIS ÊTRE COMME MOÏSE !

Cela m’a surpris ; je ne m’attendais pas à ce que Dieu me dise cela. J’ai réfléchi un moment et j’ai dit : « Eh bien, laisse-moi être comme Moïse. » Dieu a dit: « Moïse ? Pourquoi veux-tu être comme Moïse ? » J’ai dit : « Et bien, Dieu, regarde la vie de Moïse, comme il était humble et doux. Et regarde-moi au contraire. Je ne suis pas aussi humble que je devrais l’être. » N'avez-vous jamais dit cela à Dieu ? : « Je ne suis justement pas assez humble. »

Mon premier nom, Morris, traduit en Hébreux veut dire Moshe, qui veut dire « Moïse ». Je pensais alors : « Seigneur, si seulement je pouvais être comme Moïse. Moïse était si humble. Il était si doux. Il Te connaissait d’une façon personnelle. Il était l’ami intime de Jéhovah, Si je pouvais seulement... être comme Moise ! »

L’Esprit de Dieu m’a dit alors : « Laisse-moi te poser une question. » Si Je t’apparaissais sous une forme visible de sorte que tu voyais le doigt de feu de Dieu, si tu voyais le derrière de Ma gloire et que Je te dise d’une voix audible: « Va faire ceci », Me désobéirais-tu ? » J’ai répondu : « Dieu, si j’avais vu Ton doigt de feu, vu le derrière de Ta gloire et entendu Ta voix d’une façon audible, je ne crois pas honnêtement que je T’aurais désobéi » Dieu a dit alors : « Moïse l’a fait. Moïse a dû renoncer au privilège d’entrer dans la Terre Promise, parce que je ne pouvais pas laisser entrer le péché et la désobéissance dans la Terre Promise. » Il y a eu une brève pause après cela, et ensuite Dieu a dit: « Maintenant, à qui veux-tu ressembler ? »

SI JE POUVAIS ÊTRE COMME ABRAHAM !

J’ai réfléchi un moment et j’ai dit : « Oh, Seigneur, si seulement je pouvais être comme Abraham ! » Dieu a dit: « Pourquoi veux-tu être comme Abraham? » Alors j’ai répondu : « Parce que je n’ai pas autant de foi que je devrais avoir. Abraham était le père de la foi. Regarde comme il T’a suivi dans tous ses voyages. Il ne savait même pas où il allait, mais il était fidèle dans son engagement de Te suivre par la foi, et Tu lui as imputé cela à justice. » J’ai dit: « Regarde-moi. Dieu, je n’ai pas assez de foi. Je n’ai pas la foi que je devrais avoir. »

Combien d’entre nous n’ont jamais dit ceci : « Seigneur, je n’ai simplement pas assez de foi? » Un grand nombre de personnes ont confessé cette faiblesse à Dieu. Nous avons rencontré des problèmes. Nous avons voulu aller vers les malades et leur imposer les mains, vers les affligés et les toucher, mais nous avions peur, nous n’avions pas eu la foi pour dire la Parole. Nous sentions que nous n’avions pas la foi que nous devrions avoir. Et me voilà en train de dire à Dieu : « Dieu, regarde-moi. Je ne peux même pas Te croire. Regarde combien ma foi est faible. Dieu, si seulement je pouvais être comme Abraham ! »

Dieu m’a dit alors: « Morris, aimes-tu ta femme ? » J’ai répondu: « Ma femme ? Bien sûr, j’aime ma femme ! Mais qu’est-ce que cela a à faire avec cela ? » Dieu a dit: « Morris, laisse-Moi te poser une question. Si quelqu’un frappait à ta porte et que deux ou trois hommes se tenaient là et te disaient : « Nous entendons dire que ta femme, Theresa est une très belle femme. Nous sommes venus la chercher. Donne-nous ta femme. » Que ferais-tu? » J’ai répondu : « Dieu, Tu sais ce que j’aurais fait. Ils ne pourraient la prendre qu’en passant sur mon corps mort ! Ils devraient me tuer en premier ! Chrétien ou non chrétien, je prendrais la chose la plus proche et les frapperais ! » Dieu a dit : « C’est vrai, Morris. Je te connais. C’est exactement ce qui se passerait. » « Mais Abraham a fait exactement le contraire. Il a donné sa femme à un autre par crainte pour sa propre vie. Abraham voyageait à travers un pays étranger, et il avait tellement peur de ce qui allait lui arriver, qu’il a dit aux gens que sa femme était en réalité sa sœur. Il a livré sa femme entre les mains du roi de ce pays-là pour qu’il puisse, lui-même, avoir la vie sauve. (Genèse 20:2). » « Si Je n’étais pas descendu Moi-même pour arrêter Abimelec et l’empêcher de commettre l’adultère avec la femme d’Abraham, J’aurais eu à tuer cet homme et toute sa nation en jugement. »

Il y eut une longue pause, comme j’étais prosterné sur le plancher, embrassant ma Bible. Alors Dieu m’a dit : « Parfait, Morris, maintenant à qui veux-tu ressembler? » Tous ces hommes étaient chacun des grands hommes de Dieu et ils possédaient des qualités merveilleuses que nous devrions chercher à émuler, mais Dieu cherchait à me donner une leçon.

SI JE POUVAIS ÊTRE COMME DAVID

« Laisse-moi être comme David. » Dieu a dit: « Pourquoi David ? » J’ai répondu : « Parce que David soupirait après Toi et languissait de Te connaître d’un cœur qui exprimait les soupirs et les désirs du plus profond de son âme. Il T’adorait et T’adorait comme peu de gens ne l’ont jamais fait. Si seulement je pouvais avoir un cœur comme celui de David, je pourrais T’aimer plus que tout au monde. Laisse-moi être comme David. « Dieu, regarde-moi. Je ne prie pas autant que je le devrais. Je ne Te cherche pas autant que je le devrais. Dieu, mon cœur n’est pas comme celui de David. Je ne te cherche pas et je ne soupire pas après Toi, et je ne languis pas de Te connaître autant que je devrais le faire. Regarde comme David soupirait après Toi. Seigneur, je ne possède pas un tel amour. »

Chacun des ministres que je connais a eu cette expérience à un moment donné. Ils ont eu à aller se tenir derrière la chaire à la dernière minute, se sentant mal préparés et inadéquats. Ils ont eu à se présenter devant Dieu en toute honnêteté et dire: « Oh Dieu, pardonne-moi, je n’ai pas du tout passé assez de temps avec Toi. Je ne T’ai pas assez cherché. Il manque quelque chose au-dedans de moi. Je devrais crier après Toi et avoir soif de Te connaître. »

Dieu a dit alors : « Morris, n'as-tu jamais tué un homme ? » J’ai dit : « Non » Dieu m’a dit : « Morris, n'as-tu jamais pris la femme d’un autre homme ? » J’ai répondu : « Non, je n’ai jamais fait cela. » Dieu a dit alors : « David, lui, l’a fait. Il a vu une femme qui appartenait à un autre homme. Il a été tellement rempli de l’esprit de convoitise, qu’il a fini par désirer cette femme. Il l’a prise. Il a fait envoyer cet homme au front à la guerre afin qu’il soit tué et qu’il puisse prendre possession de cette femme pour le restant de sa vie. » Lorsque Dieu m’a dit ces choses, j’étais brisé et je pleurais.

LES GRANDS HOMMES DE FOI

Je n’abaisse pas ces grands hommes de Dieu lorsque je vous dis ces choses. Ils étaient des grands hommes de foi qui aimaient Dieu et qui Le suivaient. Dieu me montrait par là une leçon très importante. Cela ne doit rien enlever à David, parce que David était un grand homme, et il possédait de grandes qualités, y compris ce désir et ce soupir profond qu’il éprouvait pour Dieu.

Moïse avait une grande humilité dont nous avons parlé, et encore plus.

Abraham possédait ses grandes caractéristiques dans sa vie et dans ses expériences spirituelles avec Dieu. Cependant, après avoir eu cette expérience sur le plancher, je pleurais simplement comme un petit bébé. J’ai levé les yeux vers Dieu et j’ai dit: « Dieu, je comprends ce que Tu cherches à me dire. Ce n’est pas Moïse, ce n’est pas Abraham, ce n’est pas David ; c’est simplement à cause de la grâce du Dieu Tout-Puissant. »

La vérité que Dieu m’a révélée si puissamment par cette expérience était celle-ci : ils étaient tous assis où vous êtes assis. » Ces grands hommes de la Bible étaient simplement des hommes. Ils n’étaient que des êtres humains ordinaires. Ils avaient leurs défauts et leurs échecs. Ils avaient leurs points faibles. Tous ces gens étaient grands simplement à cause de ce que Dieu a fait pour eux, à cause de ce que Dieu a fait d’eux et à travers eux.

J’ai dit alors : « Dieu, je crois que je comprends ce que Tu cherches par-là à me dire. C’était tout simplement à cause de Ta grâce ! » « Ce n’est pas ce que nous sommes que Tu cherches, mais c’est ce que Tu peux faire de nous, par Ta puissance divine coulant à flots à travers nous, qui est important. Tu ne regardes pas à ce que nous sommes, mais, par Ton pouvoir divin qui coule à travers nos vies, à ce que tu peux faire de nous. C’est ça qui est important. »

À CAUSE DE LA GRÂCE DE DIEU

La seule raison pour laquelle Dieu se sert de chacun de nous, c’est à cause de Sa grâce. Pour la première fois de ma vie, j’ai compris que ce n’était pas David dans sa grandeur, ce n’était pas Abraham dans sa compétence, et ce n’était pas Moïse dans son consentement. Sans la grâce du Dieu Tout-Puissant, Dieu ne se serait jamais servi d’Abraham. Sans la grâce du Dieu Tout-Puissant, Dieu ne se serait jamais associé avec David. Nous avons mis tous ces gens sur un piédestal.

Regardez vos mains. Elles ne sont pas plus différentes que celle des David, Abraham et Moïse. Dieu ne dépend pas de ce que nous sommes, mais de ce qu’Il peut faire de nous. Quelles que soient vos faiblesses aujourd’hui... quelles que soient vos forces... rappelez-vous que Dieu dépend seulement de ce qu’Il peut faire à travers vous ! De même, Il n’a jamais eu l’intention de dépendre de ce que vous possédez…

L’homme n’a rien en lui-même, mais il le reçoit d’en haut. « En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. » (Jean 12:24) Êtes-vous prêt à mourir pour que Sa vie, Sa joie, Sa foi, Sa puissance puissent venir à travers vous ?