2147

Le danger du découragement

David DEMOLA

Un profond découragement nous mènera en dehors des choses de Dieu. Nous devons constamment nous garder contre l'ennemi « découragement ».

Même les gens forts se découragent lorsqu’ils font face à de l’adversité. Certains d'entre nous pensent que parce que nous avons la foi nous n'aurons jamais de problèmes. Dieu ne t'a pas donné le bouclier de la foi pour l'afficher sur ton mur – c'est pour l'utiliser comme protection lorsque tu es confronté à des problèmes !


La véritable guerre

Dieu nous a donné Ses armes de guerre parce qu’une vraie guerre a lieu autour de nous, dans laquelle l'ennemi n'utilise pas des balles en caoutchouc. Le diable est un véritable ennemi, et son but est de détruire tous les chrétiens. S’il le pouvait, il nous découragerait en essayant de faire que nous ne nous sentions pas dignes d'être un enfant de Dieu. Un sentiment d'indignité a vaincu beaucoup d'âmes sincères. Les gens finissent par dire : « Je ne suis pas digne. Je ne suis qu'un vieux pécheur. » Il est vrai que tu n'étais pas bon, mais cela n’est plus le cas. Le sang de Jésus t'a lavé, et maintenant tu es la justice de Dieu, et le Saint-Esprit vit en toi. Dieu travaille en toi pour te rendre parfait, et Il t'a donné un nom à utiliser et qui est au-dessus de tout nom. Plusieurs situations décourageantes viendront vers toi. La question est : pendant combien de temps vas-tu rester découragé ? Plus vous vous rapprochez de Dieu, plus l'ennemi essayera de vous décourager. En revanche, plus vous vous rapprochez de Dieu, plus vous deviendrez fort, au fur et à mesure que la lumière de Sa gloire brille et inonde votre vie.

Remarquez ce qui s'est passé au fur et à mesure que les Israélites se rapprochaient de la Terre Promise : « Ils partirent du mont Hor par le chemin de la mer des Roseaux pour contourner le pays d'Edom. Le peuple s'impatienta en route et parla contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avez-vous fait quitter l'Égypte, si c’est pour que nous mourions dans le désert ? En effet, il n'y a ni pain ni eau, et nous sommes dégoûtés de cette misérable nourriture. » Alors l’Éternel envoya des serpents venimeux contre le peuple. Ils mordirent le peuple et beaucoup d’Israélites moururent. Le peuple vint trouver Moïse et dit : « Nous avons péché, car nous avons parlé contre l’Éternel et contre toi. Prie l’Éternel afin qu'il éloigne ces serpents de nous. » Moïse pria pour le peuple, et l’Éternel lui dit : « Fais-toi un serpent venimeux et place-le sur une perche. Toute personne mordue qui le regardera aura la vie sauve. » Moïse fit un serpent en bronze et le plaça sur une perche. Toute personne qui avait été mordue par un serpent et regardait le serpent en bronze avait la vie sauve. » (Nombres 21:4-9).

Voyez comment les gens peuvent quitter Dieu des yeux ? Si vous regardez dans l'histoire de ces personnes, vous trouverez que Dieu les a bénis et protégés à maintes reprises. Il était constamment en train de veiller sur eux. Cependant, nous voyons par leur exemple comment les gens oublient rapidement d'où Dieu les a ramenés, comment Il les a bénis et comment Il a été avec eux à chaque pas, au long du chemin. Nous semblons toujours accentuer le négatif. Trop de chrétiens sont toujours négatifs, toujours en train de se plaindre. Nous avons besoin de nous rappeler les bonnes choses que Dieu a faites dans notre vie. Lorsque nous apprendrons à compter nos bénédictions, nous serons étonnés de tout ce que Dieu a fait pour nous !

Les trois premiers versets de Nombres 21 nous disent comment le peuple louait Dieu afin qu’Il leur donne une victoire. Cependant, comme « ils partirent du mont Hor par le chemin de la mer des Roseaux pour contourner le pays d'Edom. Le peuple s'impatienta en route » (Nombres 21:4). Le découragement vient lorsque tu quittes Dieu des yeux et que tu commences à regarder tes situations et circonstances telles que ton état physique, spirituel, social ou encore tes besoins financiers.

Aujourd'hui, beaucoup de chrétiens sont comme les Israélites, découragés et déprimés. Ils ont perdu leur patience, parce que ce qu'ils voulaient voir se passer ne s’est pas encore produit, et ils ont donc commencé à douter de Dieu. Pourquoi un chrétien ferait ça ? En tant que Ses enfants, nous sommes supposés apprendre et comprendre les moyens de notre Père. S’Il a divisé la Mer Rouge pour les Israélites, envoyé la manne du ciel, provoqué le soufflement du vent de l'Est pour amener des cailles, et vaincu leurs ennemis à chaque fois, sûrement qu'Il nous bénira de façons similaires. Sa Parole nous assure qu'Il est le même hier, aujourd'hui et pour toujours. Ne perdez jamais votre perspective de Dieu lorsque les temps difficiles arrivent. Gardez en mémoire ce que Paul a dit : « Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la poursuivra jusqu’à son terme, jusqu'au jour de Jésus-Christ » (Philippiens 1:6).

Gardez vos yeux sur Jésus

Les Israélites ont perdu leur patience et ont été découragés et déprimés à cause des épreuves qui venaient sur leur passage. Par conséquent, la première chose qu'ils ont, naturellement, faite était de commencer à se plaindre de Dieu et de Moïse. « Dieu a dû nous abandonner. Pourquoi nous as-tu fait venir ici ? Tu nous as amenés ici pour mourir. » Lorsque vous entendez des chrétiens se plaindre des autres croyants et des leaders dans l'Église, vous pouvez être certains qu'ils ont quitté Dieu des yeux et sont en train d’errer dans leur foi.

Si tu n'es pas sur le chemin de la foi, tu n'es pas sur le chemin du chrétien. Le problème, c'est que beaucoup trop parmi nous pensent qu’être à l'aise équivaut à vivre une vie de foi de succès. Qu'est-ce qui te fait sentir à l'aise dans ta course chrétienne ? Si tu dis : « Oh, Dieu est vraiment en train de me bénir maintenant, le diable ne m'a pas embêté depuis six mois », alors tu n’as probablement rien fait pour Dieu depuis six mois. Nous avons la tendance à penser que lorsque rien ne se dresse contre nous, Dieu est en train de nous bénir. Faux ! Si tu es dans un endroit où rien n'arrive contre toi, c'est probablement parce que tu n'as rien fait pour inquiéter le diable. Perdre la foi dans la Parole de Dieu se produit avec une effrayante régularité dans l'Église de nos jours. Beaucoup de chrétiens ont perdu leur joie parce qu'ils ont détourné leur regard de Dieu et se sont focalisés sur les gens violents, sur les circonstances dangereuses et de tragiques conditions répandues dans le monde actuel. Tant que vous n'êtes pas complètement focalisés sur le Seigneur, vous n'allez jamais avoir de la joie ou de la force et de la puissance dans votre vie.

Rappelez-vous de Néhémie 8:10. C'est Sa joie qui va vous donner votre force. Lorsque les Israélites, dans le désert, ont parlé contre Dieu et Moïse, (Nombres 21:6), ils ont cédé au péché de découragement qui place des circonstances au-dessus de Dieu. Le plus grand de tous les commandements dit : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force » (Marc 12:30). Quand les Israélites ont commencé à mourir, ils ont arrêté de se plaindre de Dieu et de Moïse, et ils se précipitèrent vers Moïse pour demander de l'aide. « Le peuple vint trouver Moïse et dit : « Nous avons péché, car nous avons parlé contre l'Éternel et contre toi. Prie l'Éternel afin qu'il éloigne ces serpents de nous. » Moïse pria pour le peuple. » (Nombres 21:7).

Nous allons souvent trouver des choses semblables dans notre vie : des gens parleront contre nous jusqu'à ce qu'ils aient besoin de quelqu'un pour prier pour eux. Lorsqu'ils le font, nous avons besoin d'oublier qu'ils ont mal parlé de nous, et prier pour eux comme le fit Moïse pour les Israélites. Moïse pria, et le Seigneur lui dit : « Fais-toi un serpent venimeux et place-le sur une perche. Toute personne mordue qui le regardera aura la vie sauve » (Nombres 21:8) ». La perche, bien sûr, symbolisait la Croix, et le serpent brûlant symbolisait Christ. Rappelle-toi de ce que Jésus dit à Nicodème : « Et tout comme Moïse a élevé le serpent dans le désert, il faut aussi que le Fils de l'homme soit élevé » (Jean 3:14). Jésus a été prophétiquement symbolisé par le serpent sur la perche. Pourquoi ? Parce qu'Il est devenu péché pour nous. Il rassembla tout le mal que les êtres humains pouvaient concevoir et le porta à la croix. « Regarder Celui qui est pendu sur la Croix » signifie le salut, de la même manière que le fait d'avoir regardé le serpent d'airain sur la perche a sauvé les Israélites de la mort. Ceci est un type de Christ dans l'Ancien Testament.

Comme nous voyons, nous vivons (Nombres 21:9).

Nous sommes pris de découragement lorsque, à nos yeux, nos problèmes deviennent plus grands que Dieu. Je vécus des moments difficiles dans le passé où je me suis retrouvé en train de prier : « Dieu, si Tu es là, ... ». Comment ai-je pu commencer une telle prière après tout ce qu'Il a fait pour moi ? Si nous faisons de la place au découragement, nous pouvons même justifier le fait de réprimander Dieu lorsque nous prions ainsi : « Seigneur, Tu sais que je T'aime, mais combien de temps vas-tu me laisser dans ce pétrin où je me suis mis ? ». Dieu est tellement patient et miséricordieux avec nous.

Plus de la moitié du Nouveau Testament a été écrite par l'Apôtre Paul. Lorsque je regarde la vie de l'apôtre Paul, je regarde un homme qui avait beaucoup de raisons humaines de se décourager. Dans ses deux épîtres aux Corinthiens, il raconte les nombreux défis auxquels il a fait face. Une chose que presque tout le monde a faite, était de défier son appel d'apôtre. Remarquez la façon dont il confirme son apostolat au début de presque toutes ses épîtres : « De la part de Paul, appelé à être un apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, et du frère Sosthène » (1 Corinthiens 1:1) ; « De la part de Paul, apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, et du frère Timothée à l'Église de Dieu qui est à Corinthe et à tous les saints qui sont dans toute l'Achaïe » (2 Corinthiens 1:1) ; « De la part de Paul, apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, aux saints qui sont [à Ephèse] et qui sont fidèles en Jésus-Christ » (Éphésiens 1:1) ; « De la part de Paul, apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, et du frère Timothée » (Colossiens 1:1). Dieu a utilisé Paul pour commencer une église à Corinthe. Toutefois, certains disaient aux chrétiens de Corinthe que Paul n'était pas du tout apôtre (Actes 1:21-22), et que « ses lettres sont sévères et fortes, mais quand il est présent, il est faible et sa parole est méprisable » (2 Corinthiens 10:10). À ce propos, Paul leur dit : « Nous sommes donc toujours pleins de confiance et nous savons que, tant que nous habitons dans ce corps, nous sommes loin de notre patrie, loin du Seigneur » (2 Corinthiens 5:6).

En d'autres mots, d'autres pasteurs, lesquels prétendent être quelqu'un, viendront vers vous et prêcheront un Jésus différent, un autre évangile. Ils ont un mauvais esprit, mais vous, vous les écoutez et vous oubliez ce que je vous ai appris. (1 Corinthiens 2:1-5). Puis, Paul se servit de leurs remises en question à son propre sujet pour lister ses fonds spirituels, son appel par Dieu, les marques de Christ sur lui, ses lettres de créances et ses champs de bataille comme un apôtre. (2 Corinthiens 11:22-30). Paul aurait pu se plaindre, mais il a continué à parler de quelqu'un, lui-même qui a été élevé au troisième ciel : « Je me vanterai d'un tel homme, mais de moi-même je ne me vanterai pas, sinon de mes faiblesses. » (2 Corinthiens 12:5). Paul n'a pas dit : « Je me glorifierai à cause de mes infirmités », mais plutôt : « Je me glorifierai en elles ». Pour nous, c'est un modèle à suivre.

Lorsque des infirmités, des tests et des tentations viennent, ils ne viennent pas de Dieu. Néanmoins, lorsqu’ils viennent, Dieu en obtiendra la gloire. Ce petit mot « en » me bénit, parce qu'il me dit que Dieu obtiendra la gloire de mes problèmes. Le reste de ce passage montre comment les infirmités de Paul survinrent : « Si je voulais me vanter, je ne serais pas déraisonnable, car je dirais la vérité, mais je m'en abstiens afin que personne n'ait à mon sujet une opinion supérieure à ce qu'il voit en moi ou à ce qu'il entend de moi. Et pour que je ne sois pas rempli d'orgueil à cause de ces révélations extraordinaires, j’ai reçu une écharde dans le corps, un ange de Satan pour me frapper et m'empêcher de m'enorgueillir. » (2 Corinthiens 12:6-7).

Le mot « messager » est le même mot traduit par « ange ». Cet ange n'était pas un ange divin, c'était un ange démoniaque. Partout où Paul allait, Satan envoyait ses anges le souffleter. Paul allait décrire comment était cette « épine ». Il a dû sortir d'une ville dans un panier par les remparts pour s'échapper. Partout où il allait, il était harcelé par des esprits démoniaques dans le but d’arrêter le ministère de la Parole. Il a été mis en prison. Il a été battu, lapidé, naufragé. Ces circonstances ont toutes travaillé communément pour former l'épine dans la chair, que Satan a envoyée pour empêcher Dieu de l'exalter.

La Bible dit que si nous nous humilions, Dieu nous exaltera. Certaines personnes disent : « Je ne suis rien. Je ne suis qu'une personne quelconque. Je ne suis qu'un pauvre ... ». Non, non, non, tu es quelque chose ! Tu es spécial aux yeux de Dieu. « Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu'il vous élève au moment voulu » (1 Pierre 5:6). En effet, Paul a dit : « Satan me soufflette, il vient contre moi parce qu'il connaît la révélation que j'ai de ce Nouveau Testament de Jésus-Christ ». Les disciples ont été plus de trois ans avec Jésus, et ils n'ont pas eu la révélation que Paul a eue, alors que Paul n’a jamais vu Jésus en chair et en os. Puis, Paul dit : « Trois fois j'ai supplié le Seigneur de l'éloigner de moi » (2 Corinthiens 12:8). Il se décourageait à cause de cela. N'avez-vous jamais souhaité que certaines choses ne soient pas écrites dans les Écritures ? La raison pour laquelle nous le souhaitons est que nous savons qu'une fois que nous les lisons, nous sommes responsables de leur mise en pratique.

Le Seigneur a dit à Paul : « Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse » (2 Corinthiens 12:9). (Remarquez que le Seigneur n'a pas dit : « Car Ma puissance s'accomplit par l'onction »). Dès lors que le Seigneur parla à Paul au sujet de Sa grâce, il était de la responsabilité de Paul d’apprendre à marcher dedans. Le Seigneur donne un principe important. Tout en s’adressant à Paul, Il nous dit également que si nous apprenons à Lui faire confiance et à dépendre de Lui au lieu de nous décourager, y compris lorsque nous ne saisissons pas ce qui se passe ni pourquoi, Sa grâce sera toujours suffisante pour nous.

Quelle différence cela ferait-il pour nous pendant les moments difficiles, si nous comprenons et apprenons ça ? Par Sa grâce, nous pourrons surmonter tout ce que le diable mettra sur notre chemin ! Les personnes de foi veulent tout savoir. Nous voulons savoir pourquoi les choses arrivent comme elles arrivent, et nous demandons souvent au Seigneur de nous le dire. D'un côté c'est bien, mais d'un autre côté cela fait du mal à notre marche dans la foi. Au lieu de nous demander pourquoi, la plupart du temps nous avons besoin de demander ce que nous devons faire sur le moment, pour quoi devrions-nous prier, quel pas devrions-nous faire ?

Il y aura beaucoup de moments difficiles dans la vie, mais pendant ces périodes, les personnes résilientes s'accrochent à Dieu et disent : « Dieu, je ne peux pas le faire tout seul. Je n'ai pas la force ni le courage. Je me sens découragé. Je me sens las, et je me suis évanoui dans mon esprit. Par ma propre sagesse et connaissance, je ne sais pas où me tourner. Donc mes yeux sont fixés sur Toi et je Te fais confiance. » Maintenant nous pouvons mieux comprendre la réponse de Paul : « (…) Aussi, je me montrerai bien plus volontiers fier de mes faiblesses afin que la puissance de Christ repose sur moi. C'est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les insultes, dans les détresses, dans les persécutions, dans les angoisses pour Christ, car quand je suis faible, c'est alors que je suis fort. » (2 Corinthiens 12:9-10) Paul n'a pas dit : « Apportez tous les problèmes ! ». Ce qu'il a dit est quelque chose comme : « J'apprends de ces problèmes, de ces détresses, de ces persécutions, comment dépendre de mon Seigneur. Par Sa force, quand je suis faible et que je n'y arrive pas, je saisis Sa force, et celle-ci me pousse, malgré mes faiblesses humaines ».