Peut-on compter sur vous ?

3343

Dennis RAINEY

Beaucoup de personnes sont sur un chemin de carrière, mais peu semblent être sur celui du caractère. Trop souvent, qui nous sommes est abandonné sur l'autel de l'ambition.


Vos amis peuvent-ils vous faire confiance ? Êtes-vous fiable ? Peut-on compter sur vous ? Voulez-vous savoir comment être une personne originale dans une culture de clones ? Voulez-vous faire partie d'une race en voie de disparition dans la génération d'aujourd'hui ?

Si oui, alors devenez une personne fidèle. Vous savez, une personne qui va jusqu’au bout. Une personne sur qui les autres peuvent compter, que les choses soient dures ou faciles. Sa parole est fiable tant sur les petites tâches que sur les gargantuesques. Ce genre de personne qui promet d'appeler, et qui le fait, en temps et en heure. Ce genre de personne qui dit qu’elle le fera, et elle le fait, exactement comme vous avez demandé que ce soit fait.

Êtes-vous connu comme une personne fidèle ? Si oui, alors voici quelques adjectifs qui peuvent être utilisés pour vous décrire : digne de confiance, sérieux, fiable, loyal et responsable. Tous ces mots renferment un thème récurrent : caractère. Un caractère qui dit sans bruit, mais avec conviction : « Vous pouvez compter sur moi, quel qu’en soit le prix ! »

Être fidèle dans le peu

Je ressens dans notre société un sentiment croissant de « dû », tel que : « Je mérite une promotion (sans le processus) » ; « Je mérite la position, le prestige et la responsabilité sans avoir à payer le prix et être fidèle aujourd'hui. »

Beaucoup de personnes sont sur un chemin de carrière, mais peu semblent être sur celui du caractère. Trop souvent, qui nous sommes est abandonné sur l'autel de l'ambition.

Aujourd'hui, notre nourriture est prête à être dégustée en soixante secondes, nos verres de contact sont mis à disposition en soixante minutes, et notre maison peut être construite en soixante jours. Nous appartenons à une culture qui est habituée à obtenir ce qu’elle veut instantanément. Nous ne sommes pas habitués à travailler patiemment, ou à attendre quoi que ce soit, même pas un hamburger !

Jésus a enseigné : « Celui qui est fidèle dans les moindres choses l'est aussi dans les grandes, et celui qui est injuste dans les moindres choses l'est aussi dans les grandes. Si donc vous n'avez pas été fidèle dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables ? » (Luc 16:11).

Ce que nous voulons aujourd'hui, c'est le beaucoup plus sans le très peu. Nous voulons le label sans le labeur, la rétribution sans la contribution, les douceurs sans les douleurs, le réconfort sans l'effort, et les avantages sans le courage. Aujourd'hui, le devoir, la diligence, le travail acharné et l'attention quant aux détails sont une denrée rare dans toute œuvre, que ce soit à la maison, au travail ou à l'église.

Se pourrait-il que nous soyons en train de courir après la mauvaise chose ? Voulons-nous faire les choses à notre façon, sans regarder à ce que cela nous coûterait ? Se pourrait-il que la fidélité à la maison soit broyée par la poursuite d'un seul dollar de plus à gagner au travail ?

Nous sommes devenus une génération bâclée avec toutes sortes de camouflages pour cacher l’infidélité avec des choses comme : « C’est passé entre les mailles du filet, ça m’est sorti de la tête ! » (Certains aujourd'hui semblent avoir un grand trou dans leurs filets !) ou encore : « J’ai carrément oublié, es-tu certain que la date butoir était hier ? » Mon préféré est « Je n'ai pas eu le temps. » Formulé de meilleure façon : « D'autres choses ont été choisies en priorité avant la vôtre. »

Je lutte avec le fait d’être fidèle dans le peu aussi. La confession peut être bonne pour l'âme, mais c'est mauvais pour la réputation !

Certaines choses à considérer

Vous vous demandez peut-être : « Je suis d'accord avec vous, mais comment puis-je savoir si je suis considéré, auprès des autres, comme une personne fidèle ? » Peut-être qu’il vous serait bon de considérer les questions suivantes :

- Les autres ont-ils constamment besoin de vous rappeler les choses que vous devez faire ? Avez-vous l’habitude d’oublier d’aller jusqu’au bout dans ce que vous avez à faire ?

- Que signifie votre parole pour vous ? Est-ce que c’est un acompte qui sécurise la transaction ? Ou est-ce un emballage fragile qui peut être enlevé et jeté avec facilité ?

- Rappelez-vous les personnes qui ont tenté de vous joindre ?

- Vos enfants vous croient-ils lorsque vous leur promettez de faire quelque chose avec eux ?

- Si vous promettez de rentrer à la maison à une certaine heure, appelez-vous si vous voyez que vous allez être en retard ? Les délais sont dépassés occasionnellement (les choses qui nous font vraiment sortir des rails de manière inattendue), un appel ou une note qui informent que la date butoir va être dépassée place de la valeur sur les attentes d’autrui et lui font savoir que vous êtes responsable et que l’on peut vous faire confiance.

Vous êtes peut-être fidèle, un cran au-dessus de la masse, mais je parie que vous travaillez à côté d'autres personnes qui pourraient utiliser une double dose de fidélité. Et si tout à coup nous avions une éruption spectaculaire de personnes qui atterrissent aux côtés de chacun, essayant d'être fidèles dans les petites choses dans leur travail ? Pensez-vous que l'excellence ne serait qu'un mythe ?

Que se passerait-il dans nos foyers s’il y avait une épidémie de maris et de femmes "infectés" par le fait d’être fidèles dans les petites choses dans leur relation de couple, avec leurs enfants et leurs parents ? Et si nous faisions vraiment ce que nous avons promis ? Que se passerait-il à la prochaine génération, si nous formions nos enfants à être fidèles dans le peu, de la même façon qu’on les formerait à être intelligents et sportifs ? Sommes-nous en train d’élever une génération d'enfants tournés vers l’égocentrisme ou la fidélité ? S'ils n'apprennent pas à être fidèles à travers vous, alors quel genre de dirigeants, de travailleurs, de maris et d’épouses, de pères et de mères seront-ils ? Et si vous ne leur apprenez pas, qui le fera ?

Selon vous, quel serait l'impact des chrétiens dans la société, s’ils restauraient la fidélité et l'obéissance envers Dieu, à la place des compromis et de l'infidélité ? Peut-être que le sel redeviendrait vraiment « salé ! »

Cependant, nos valeurs sont toutes encrassées et collées aux choses auxquelles le monde donne de la valeur. Admirons-nous l'homme qui a réussi ou celui qui est fidèle ? Donnons-nous des prix pour la production ou pour la fiabilité ? Les mamans sont-elles honorées pour avoir combattu dans les tranchées pour élever une famille ou jetons-nous un peu de poussière sur l’emploi en parlant toujours des femmes qui sont en train de « marquer » dans le monde des affaires ?

Puisque Jésus a dit que « le plus » dépendait de notre fidélité, alors pourquoi ne pas rejoindre un nombre croissant de chrétiens qui donnent à la fidélité l’ovation qu’elle mérite. Et si vous félicitiez les membres de votre famille quand :

- un acte de fidélité est effectué lorsque personne ne semble regarder ;

- votre mari est honnête dans la préparation de vos déclarations d'impôt sur le revenu ;

- une mère prend fidèlement le temps d’élever la génération à venir (autant son travail est invisible et méconnu des autres) ;

- un enfant qui dit la vérité au lieu de mentir, même si les conséquences sont douloureuses.

Comment percevez-vous les détails? Comme des choses difficiles à ignorer ou qui se mettent à travers votre chemin ? Ou comme un tremplin pour recevoir les vraies richesses du royaume ?

Comme le dit quelqu'un : « Il n'est jamais trop tard pour commencer à faire ce qui est juste."

Voulez-vous plus ? Alors, accomplissez le peu, fidèlement.