Cinq traits chez les enfants qui continueront à suivre Christ une fois adultes

2622

ERIC MCKIDDIE

Demandez à n’importe quel parent chrétien quel serait son dernier souhait, et il vous dira : « Que mes enfants aiment Jésus et Le suivent. »


Malheureusement, beaucoup de parents sont confrontés à l’expérience insupportable de voir leurs enfants quitter la foi dans laquelle ils ont grandi et ont été enseignés chaque semaine à « l’école du dimanche » et au groupe de jeunes. Des choses comme participer régulièrement à un groupe de jeunes, être engagé dans un petit groupe ou même participer à des voyages missionnaires ne garantissent pas que quelqu’un continuera à vivre par la foi.

En effet, j’estime que la moitié des étudiants qui sont allés dans un de ces voyages pour la jeunesse missionnaire, et qui sont dans leur dernière année de lycée, ne sont plus en train de suivre Jésus. Mais il y a quelques similarités (que j’ai remarquées en vingt ans d’expérience dans le ministère de jeunes) que les jeunes qui continuent à suivre Jésus partagent.

Juste une petite précision : ce que j’écris ici n’est pas une formule pour élever des enfants qui resteront fidèles au Seigneur. C’est plutôt une offre de « configurations » que j’ai remarquées chez les enfants qui tendent à continuer à suivre Jésus lorsqu’ils deviennent adultes.

1. Ils développent un amour pour la Parole de Dieu.

Ils lisent leur Bible d’eux-mêmes, non pas parce qu’ils sont supposés le faire, mais parce qu’ils veulent le faire. Lorsqu’ils ne comprennent pas quelque chose qu’ils lisent, ils demandent la signification à leur superprof ou leur pasteur de jeunes. Ils se lèvent tôt pour participer aux études bibliques, et pas seulement parce que leurs copains sont là. Ils aiment entendre des prédications (pas des « discussions » ou des « leçons »), pas simplement pour stimuler leur intellect, mais parce qu’ils ont faim de Dieu. Ils reconnaissent que la Bible porte la véritable autorité de Dieu Lui-même.

2. Ils sont profondément convaincus qu’ils étaient des pécheurs qui avaient besoin de la grâce.

Les étudiants qui continuent à suivre Jésus, connectent Son amour pour eux à Son sacrifice pour leurs péchés (Romains 5:8, Galates 2:20). Ils réalisent que ce qui rend leur péché si mauvais a moins à voir avec les conséquences négatives qu’ils rencontrent dans la vie, mais plus avec le fait que cela offense leur Créateur et Juge. Ils se détournent de leurs péchés à cause de leur désir de plaire à Dieu, et non pas pour avoir une vie plus facile ou pour ne plus avoir leurs parents sur leur dos. Autant il est important qu’on leur dise qu’ils ont besoin de Jésus, mais aussi, en tant que jeunes, il est crucial qu’on leur explique pourquoi. Beaucoup de ministères pour jeunes présentent un Jésus qui « veut une relation avec vous », mais pas un Jésus qui est mort pour leurs péchés. Les étudiants qui continuent à suivre Jésus à l’âge adulte ont appris que Jésus ne nous a pas sauvés d’un manque d’estime de soi, mais de notre nature pécheresse qui nous rendait coupables devant un Dieu qui est saint. Si une personne se détourne de sa foi chrétienne à la fin de son adolescence ou au début de sa vingtaine, elle ira très probablement dans la direction opposée de ces deux premiers points. Elle ne souscrira plus à l’autorité de la Parole de Dieu sur sa vie, et elle commencera de ce fait à justifier et tolérer son péché au lieu de se repentir.

3. Leurs parents servent dans l’église.

Beaucoup d’étudiants qui restent fortement attachés à leur foi après leur bac, d’après mes observations, ont été élevés par des parents qui servaient fidèlement dans leur église. Ce n’est évidemment pas quelque chose de sûr à 100%, cependant cela se vérifie suffisamment de fois pour que je le mentionne. De tels parents enseignent, par leur exemple, que participer à la communion d’église n’est pas reléguée aux dimanches matins uniquement, mais que cela fait partie de leur vie. Cela enseigne également que l’église n’est pas un endroit où vous allez tout simplement pour que vos besoins soient pourvus, c’est un endroit où vous pourvoyez aux besoins des autres. Suivant l’exemple de leurs parents, de tels jeunes cherchent des opportunités pour servir dans l’église, tôt dans leurs années collège.

4. Ils ne se donnaient pas au péché sexuel.

La tentation sexuelle est une clé qui contribue à ce que les jeunes chutent loin de leur foi. Remarquez que je n’ai pas dit « qu’ils ne luttent pas avec la tentation sexuelle » ou « qu’ils n’échouent pas dans le domaine de la sexualité », mais qu’ils ne se donnent pas à cela. Il n’est pas rare que les doutes concernant la foi chrétienne proviennent activement de la participation au péché, et plus particulièrement le péché sexuel.

5. Ils étaient des chrétiens légitimes.

Ce dernier point est le plus important. L’apôtre Jean nous explique pourquoi les gens quittent l’église : « Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n'étaient pas des nôtres ; car s'ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu'il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres. » (1 Jean 2:19). Quelle explication pouvons-nous donner pour des jeunes adultes qui abandonnent la foi dans laquelle ils ont grandi en la confessant ? Ils n’ont pas vraiment cru en premier lieu. Mais comment des gens qui ont confessé Christ comme Seigneur peuvent-ils se détourner de Lui si rapidement ?

J’ai eu récemment une discussion avec une personne responsable du recrutement de conseillers, étudiants en université, pour un camp d’été chrétien. Dans les entretiens, il pose une panoplie de questions, dont deux en particulier, m’a-t-il dit, qu’il considère comme les plus importantes. L’une est : « Pourquoi êtes-vous chrétien ? » et l’autre : « Qu’est-ce que l’Évangile ? ». À son grand désarroi, des douzaines de candidats, qui se disent chrétiens, ne sont pas capables de répondre à ces questions. Lorsque certains peuvent donner des réponses bibliques sur pourquoi ils sont chrétiens et ce que nous devons croire sur Jésus, ils sont au mieux des croyants immatures qui ont besoin d’être « discipulés ».

Mais j’ai bien peur qu’il soit plus que probable que ce soit des personnes qui n’ont pas été véritablement converties. Même s’ils revendiquent être chrétiens, ils ne le sont que culturellement. Alors, que devrions-nous faire ? Notre réponse devrait être de rendre très clair pour nos jeunes ce qu’est l’Évangile et pourquoi nous en avons besoin. Nous ne leur rendons aucun service, si nous minimisons leur péché afin de préserver leur auto-estime, car ils ne ressentiront pas le besoin d’avoir le Sauveur des pécheurs, Jésus.

De même, nous ne leur rendons aucun service en leur donnant une version diluée et tronquée de l’Évangile. C’est bien pour des petits enfants, mais quand ils grandissent, ils ont besoin de voir comment la richesse de l’Évangile s’applique à tous les domaines de la vie : vocation, argent, sexe, relations, communauté, politique, etc.

Lorsque nous parlons continuellement la Parole dans la vie de nos enfants et nos adolescents, nous devons aussi prier et être confiants que Dieu fera ce que nous ne pouvons produire nous-mêmes, c’est-à-dire, qu’Il amènera la croissance et le fruit de l’esprit (Marc 4 :20 ; 1 Corinthiens 3:6,7).