Toujours célibataire ? Posez ces questions avant de dire : « oui »

4973

Par J. Lee GRADY

Le mois dernier, j’ai eu le privilège de célébrer le mariage d’un couple russophone à Seattle. J’ai rencontré Roman alors que j’enseignais dans une école de ministère, il y a deux ans. Il m’avait accompagné dans un voyage missionnaire au Pérou. Lorsqu’il s’est engagé avec son amie Ina, il m’a demandé de les marier. J’étais ravi de pouvoir faire partie de leur grand jour. La célébration prit fin avec un festin ukrainien pour trois cents personnes !


Comme beaucoup d’immigrants chrétiens slaves, Roman et Ina se sont mariés jeunes. Roman a fêté ses vingt et un ans la semaine qui a suivi son mariage, et Ina n’a que dix-huit ans. Cependant, ils sont incroyablement matures et responsables pour leur âge. Lorsque j’ai fait le conseil prénuptial avec eux (j’ai la conviction de ne marier personne sans conseil préalable), j’étais émerveillé de voir à quel point ils étaient prêts à embrasser l’alliance du mariage à vie.

Toutefois, tous les chrétiens en âge de se marier ne sont pas vraiment prêts à sceller une union. Si vous n’êtes pas prêt, la pire des choses à faire est de vous précipiter devant l’autel. Lorsque je parle à des célibataires de leur désir de se marier, je leur demande toujours s’ils ont passé en revue cette simple liste. Vous pouvez également partager cela avec des amis célibataires désireux de se marier :

- Avez-vous vraiment donné entièrement votre vie à Jésus ?

Vous ne pouvez pas bâtir un mariage solide sur de la romance, une passion sexuelle ou uniquement des sentiments. Votre mariage sera faible si vous êtes faible spirituellement, et il en va de même si votre futur conjoint n’est pas sincèrement vendu à Dieu. Vous prenez un énorme risque si vous vous mariez alors que votre vie spirituelle n’est pas solide.

- Vous entendez-vous avec les autres ?

Si votre histoire est faite de relations brisées et de tensions continuelles, ne vous attendez pas à ce que le mariage soit différent. Vous devez maîtriser votre colère, votre jalousie, vos séances de bouderie et vos scènes d’auto-apitoiement tout de suite et après vous être engagé à vivre le reste de votre vie avec votre conjoint.

- Comment votre futur conjoint et vous-même gérez-vous un conflit ?

Tous les couples connaissent des moments de conflit. Toutefois, si vous avez déjà l’habitude d’avoir des échanges verbaux bruyants et des différends constants avant votre mariage, vous êtes en train de chercher des ennuis. Par ailleurs, s’il y a eu une quelconque forme d’abus physique ou verbal, coupez court immédiatement et allez chercher du conseil.

- Avez-vous été transparent au sujet de votre passé ?

Le mariage est une question d’intimité. Cependant, vous n’expérimenterez jamais ce don si vous ne pouvez pas être transparent en ce qui concerne vos fautes et vos luttes. Si vous cachez votre douleur derrière un masque, vous l’apporterez dans votre mariage, et cela blessera finalement votre conjoint. Si vous luttez avec la dépression, l’addiction ou une quelconque forme de blessure sexuelle, soyez guéri le plus possible que vous pouvez avant le mariage.

- Êtes-vous en paix concernant le passé de votre futur conjoint ?

Ne vous précipitez pas dans un mariage si vous ressentez de l’insécurité quant à l’histoire de votre futur conjoint, surtout s’il a déjà été marié. C’est bon de poser beaucoup de questions. Jouez cartes sur table. Vous ne voulez pas vous réveiller après la lune de miel et apprendre que votre Dr Jekyll est devenu un Mr Hyde !

- Êtes-vous en train de planifier une vie ensemble ou juste une cérémonie de mariage ?

Trop de couples aujourd’hui tombent amoureux de l’idée du mariage, mais ils ne pensent pas au-delà de la lune de miel. Si vous êtes obsédé par les gâteaux, les fleurs et la liste des invités, mettez vos priorités dans l’ordre. Vous ne voulez sûrement pas dépenser près de 25 000 euros sur un mariage et le regarder ensuite se désintégrer au bout d’un an.

- Êtes-vous financièrement responsable ?

Vous n’avez pas besoin d’avoir des tonnes d’argent pour être un couple heureux. Toutefois, si vous n’avez pas planifié le paiement de vos factures, le stress financier fera suffoquer votre mariage. Soyez sage. Beaucoup de couples aujourd’hui n’ont même pas appris à gérer un compte bancaire, à établir un budget ou à épargner de l’argent. Trouvez un mentor si vos parents ne vous ont pas enseigné les bases de la gestion de la vie.

- Qu’est-ce que votre famille et celle de votre futur conjoint pensent de ce mariage ?

Rien ne garantit que vos parents soient heureux avec vos choix. Cependant, s’il existe des conflits importants dans le reste de la famille peut-être devriez-vous réévaluer votre décision pour voir si elle est sage. Roméo et Juliette s’aimaient mutuellement, mais leur histoire a fini dans une tragédie à cause des attitudes de leurs parents. Recherchez du soutien pastoral si les membres de votre famille essaient d’attiser des conflits.

- Avez-vous, votre futur conjoint et vous-même, des buts et rêves similaires ?

Vous n’êtes pas obligé d’aimer les mêmes films ou de préférer le même type de nourriture que lui/elle. Cependant, lorsque Dieu met deux personnes ensemble, chacun soutient les rêves de l’autre. C’est surtout vrai en ce qui concerne les enfants. Si votre conjoint ne veut pas d’enfants, mais vous oui, ne présumez pas que « ça ira ». Si vous êtes une femme désireuse de poursuivre une carrière, et votre fiancé préfère que vous restiez à la maison, c’est l’heure de réévaluer !

- Votre futur conjoint et vous, priez-vous ensemble ?

C’est la façon parfaite de voir si vous êtes spirituellement compatible avec votre futur conjoint. Si vous ressentez un profond niveau d’intimité spirituelle lorsque vous priez avec votre futur conjoint, c’est le bon signe que Dieu est en train de vous placer ensemble. En revanche, si votre futur conjoint n’est pas intéressé à grandir spirituellement avec vous, prenez cela comme un indice pour regarder ailleurs.