Billy Graham : l'un des plus grands évangélistes du XXe siècle. Un visionnaire, un pionnier.

4609

Qui aurait cru que du fin fond de la campagne allait sortir l'un des plus grands, si ce n'est le plus grand évangéliste du XXe siècle ?


William Franklin Graham Jr., plus connu sous le nom de Billy Graham, est né le 7 novembre 1918 dans la petite ville de Charlotte, en Caroline du Nord. Il est l'aîné d'une famille de quatre enfants qui grandirent avec le labeur quotidien de la ferme de leurs parents William et Morrow Graham.

Alors que ses parents étaient des calvinistes religieux très stricts, ce fut au contact d'un évangéliste de passage dans ces contrées que s’éveilla chez le jeune Billy Graham un profond sentiment de spiritualité.

À l'âge de seize ans, il assista à une série de soirées de réveil dirigées par l'évangéliste Mordecai Ham. Bien que son adolescence ait été calme, loin des bêtises que peuvent faire des jeunes de cet âge, les prédications de l'évangéliste au sujet du péché marquèrent fortement le jeune Billy.

Plus tard, après l'université, il déménagea dans le Tennessee pour s'inscrire dans une école chrétienne conservatrice, le « Bob Jones College ». Ce fut une courte expérience, car la rigidité doctrinaire de l'école le poussa à s'engager à l'Institut Biblique de Floride. Là, il rejoignit l'église Baptiste du Sud où il devint diacre en 1939.

Avec son diplôme de théologie en poche, il déménagea cette fois-ci dans l'Illinois en vue de s'inscrire au « Wheaton College » pour approfondir ses connaissances spirituelles. Il y rencontra celle qui allait devenir sa future épouse, Ruth McCue Bell. Elle était fille de missionnaires et avait vécu en Chine jusqu'à l'âge de dix-sept ans. Quelques années après leur rencontre, ils se marièrent le 13 août 1943. Cinq enfants naquirent de cette union.

Il occupa par la suite différentes fonctions au sein de plusieurs organisations chrétiennes telles que « Jeunesse pour Christ », et il fut aussi pendant un certain temps  superviseur d'un groupement d'écoles chrétiennes du Minnesota.

Toutefois, en 1952, il cessa toutes ces activités pour se consacrer à ce qui allait devenir la passion du reste de sa vie : la prédication de l'Évangile.

Il n'a pas fallu très longtemps pour que les gens adoptent les sermons charismatiques chargés d'émotions de Billy Graham.

Une certaine organisation chrétienne l'invita pour être l'orateur principal de leur événement annuel à Los Angeles. Pour cette occasion, un célèbre animateur radio de l'époque invita B. Graham à partager l'Évangile durant son émission. Son intervention sur les ondes eut un effet retentissant imprévu ! Dès lors, l'affluence fut telle que les organisateurs de l'événement à Los Angeles durent prolonger ces réunions de réveil de cinq semaines ! Des anonymes ainsi que des personnalités se pressaient pour écouter ce jeune évangéliste plein de fougue. Les journaux américains, sous la pression du magnat de la presse William Randolph Hearst, répandirent les nouvelles de ces réunions partout dans le pays. En l'espace de quelques semaines seulement, le nom de Billy Graham avait traversé tout le continent américain.

Les gens appréciaient Billy Graham et ses prédications. Ce n'étaient pas des sermons religieux et ennuyeux comme ils en avaient trop souvent l'habitude. Au contraire, son franc-parler, son charisme et son dynamisme faisaient naître un nouvel espoir dans le cœur des foules qui venaient l'écouter dans ses croisades ou par l'intermédiaire de la radio, et bientôt de la télévision.

B. Graham parlait ouvertement de ce qui touchait les gens. En 1954, dans une interview il déclara : « Soit le communisme meurt, soit le christianisme meurt, parce que c'est une bataille entre Christ et ce qui est anti-Christ ! »

Beaucoup disent qu'il a su unir une nation vulnérable avec ses messages de réveil spirituel. C'est ainsi qu'il devint également le conseiller, voire l'ami de nombreuses figures politiques, y compris de présidents.

Billy Graham fut un véritable pionnier pour la diffusion de programmes chrétiens à grande échelle. La radio a été le premier outil qu'il utilisa pour diffuser l'Évangile. L'un de ses programmes appelé « L'heure de la décision » a été retransmis par la célèbre « ABC » à 150 stations, avant d'atteindre le pic de 1 200 stations de radio aux États-Unis, touchant ainsi des millions de foyers.

Avec l'essor de la télévision et le succès des retransmissions de ses croisades de réveil en plein air ou dans des stades, on parle de B. Graham comme étant le premier visionnaire pour les médias chrétiens.

En 1955, il créa le journal « Christianity Today ». La preuve évidente de son impact est que cette publication est encore aujourd'hui dans les années deux mille, l'un des principaux journaux chrétiens dans le monde chrétien.

Le succès de son ministère lui a également valu de nombreux détracteurs. Certains journalistes le surnommèrent le « Pape des protestants d'Amérique » ou la « star des prédicateurs » !

Cependant, malgré sa notoriété grandissante, il fut considéré par l'organisation GALLOP  comme étant « l'une des personnalités les plus admirées au monde ». Billy Graham ne cessa jamais de prêcher avec honnêteté et simplicité le message de l'Évangile.

Qui peut se vanter d'avoir prêché dans plus de 185 pays, accumulant ainsi une audience totale de plus de 215 millions de personnes ? Sans compter les centaines d'autres millions qui l'ont également écouté à travers la radio, la télévision, ou par le biais de livres ou de publications. On dit que personne au cours de l'histoire n'a prêché devant autant d'individus.

Qui sont ceux qui peuvent laisser un héritage spirituel aussi considérable que cet homme en plus de cinquante ans de ministère ? Pendant des décennies, il fut une voix écoutée et respectée, et encore aujourd'hui à quatre-vingt-quinze ans, son nom inspire l'honneur.