Pas après pas

1943

Anne Olson est une femme mariée et mère de trois enfants. C’était une femme d’affaires et une athlète. Elle courait huit kilomètres par jour, jouait au tennis à un très haut niveau, travaillait à plein-temps, prenait soin de sa famille et œuvrait de façon bénévole au sein de trois associations locales. Elle avait donné son cœur à Jésus, mais étant toujours occupée à faire quelque chose, elle n’avait jamais vraiment approfondi sa relation avec le Seigneur. Elle aimait bien sa vie, mais ne se doutait pas que son corps, stressé par les exigences de sa vie quotidienne, était arrivé à un point de rupture.


Un soir, Anne a reçu son seul avertissement qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas avec son corps. Tout à coup, elle sentit un choc électrique très fort dans son côté gauche. Elle était perplexe. Elle n’avait aucune idée de ce qui venait de se passer. Alors, elle s’est couchée comme d’habitude, oubliant complètement ce désagrément. C’était la dernière fois qu’elle allait se sentir « normale » pendant très longtemps.

Lorsqu'elle se réveilla le lendemain matin, elle avait perdu toute sensation du côté gauche de son corps ainsi que le contrôle de ses muscles du côté gauche. Effrayée, elle appela un médecin. À l’hôpital, on lui fit faire beaucoup de tests différents, mais le soir venu, le manque de sensation avait gagné tout son corps ; elle ne pouvait plus du tout bouger. Pendant une semaine encore, les médecins pratiquèrent test sur test pour essayer de trouver la cause. La peur de rester paralysée pour le restant de sa vie était son plus grand ennemi durant cette période. Elle se demandait sans cesse : « Pourquoi ? ». Toutefois, après une semaine, les médecins ne purent apporter une réponse. Toutes les maladies possibles avaient été éliminées. Ils inscrivent donc sur son carnet de santé « paralysie inexplicable ». Le médecin expliqua à Anne et son mari que, sans en comprendre la cause, tous les nerfs du côté gauche de son corps avaient été détruits. Choquée, Anne lui demanda : « Est-ce qu’ils vont repousser ? » « Des nerfs peuvent se régénérer, mais le processus est très, très lent, a-t-il répondu, il n’y a aucune garantie sur le pourcentage de récupération possible de l’usage de vos membres ni si vous allez le récupérer. Je ne peux vous dire quand ni même si vous allez marcher à nouveau ».

Le médecin renvoya Anne chez elle sans aucun plan de traitement ou de kinésithérapie. Il ne savait pas du tout quoi faire avec sa condition. La seule chose qu’il lui proposa était des doses de « cortisone » pour essayer de réveiller son corps de sa paralysie. Anne et son mari comprirent que sa guérison dépendait exclusivement du Seigneur et d’eux-mêmes.

Anne était devenue totalement paralysée, ne pouvant même pas bouger un petit doigt ou même parler plus de deux ou trois minutes d’affilée. Le seul sens qui fonctionnait toujours était son audition. Alors que son mari priait le Seigneur, le Saint-Esprit le dirigea à mettre en place un système qui permettrait à Anne d’écouter 24 heures sur 24 des cassettes de la Bible et de la prédication de la Parole de Dieu. Le plan que Dieu lui avait donné était de saturer Anne avec la Parole de Dieu, Celle-ci étant le seul espoir pour sa guérison.

Elle passait donc son temps à écouter des messages sur la foi et sur la guérison. Elle mémorisait les versets et les prononçait à voix haute. Elle méditait sur la Parole, et durant les mois qu’elle passa alitée, elle développa une relation proche avec son Guérisseur.

Wayne, son mari, dit : « Depuis le début, le Seigneur avait mis dans mon cœur qu’Anne serait guérie, mais que cela prendrait un peu de temps. C’est ainsi que cela s’est passé. Sa guérison était une accumulation de petits miracles. La paralysie commença à reculer petit à petit. D’abord, elle regagna l’usage de son petit doigt, ensuite la main… ensuite le grand jour arriva où elle put finalement s’asseoir dans son lit. »

Après un an, Anne réussit à descendre l’escalier de sa maison avec de l’aide et s’installer dans le salon. Au bout d’un an et demi, elle pouvait faire quelques pas sans aide. Elle et son mari purent aller visiter ses parents qu’elle n’avait pas vus depuis longtemps. Toutefois, de retour chez elle, Anne expérimenta une grave rechute.

Un jour, sous la douche, elle eut comme une explosion dans sa tête. La paralysie était revenue subitement. Plus tard, elle découvrit qu’elle avait expérimenté une réaction toxique à la « cortisone » prescrite par le médecin.

Anne se retrouva encore une fois au lit, complètement paralysée. Elle dut se battre contre la paralysie, mais également contre une nouvelle peur de ne jamais pouvoir vivre une vie normale. Cependant, il y avait une différence entre cette « Anne » et celle d’il y a un an et demi. En effet, la Parole de Dieu était maintenant enracinée dans son cœur et le processus de guérison se déroula beaucoup plus vite. Elle louait continuellement le Seigneur pour sa guérison, répétant des versets clés qu’elle avait mémorisés. Elle se fixa des buts de plus en plus ambitieux allant de soulever sa fourchette à descendre les escaliers sans aide. Le jour vint où elle put sortir seule jusqu’à la boîte aux lettres, puis jusqu’au magasin.

Après trois ans, elle avait totalement vaincu la paralysie par la foi. Parfois, les symptômes essayaient de revenir, et le diable lui disait : « Tu vas encore être paralysée, et tu seras dans un fauteuil roulant toute ta vie ». Cependant, elle lui disait : « Diable, tu ne peux pas voler ma guérison ». Anne dut résister au diable attaque après attaque pour ne pas se laisser envahir par la peur.

Aujourd’hui, Anne vit une vie normale, libre de maladie et de crainte. Elle a repris le sport et son travail. Dieu a vraiment fait un miracle dans son corps, et elle est guérie à 100 %. Elle est devenue grand-mère et a repris aussi une vie très active… mais différemment : elle déclare que maintenant rien ne volera ni sa guérison ni sa relation avec le Seigneur !