Les sept causes surprenantes du manque d’énergie

9216

Par Madlen DAVIES

Êtes-vous fatigué ? Du perfectionnisme au manque de protéines, et même trop de café, nous révélons les sept raisons surprenantes pour lesquelles vous manquez peut-être d’énergie.

- Une personne sur cinq se plaint d’être constamment fatiguée et léthargique

- La raison peut varier d’un faible niveau d’hormones à une pièce désordonnée

- Ici, les experts révèlent les raisons surprenantes à cause desquelles vous êtes peut-être fatigué…


Luttez-vous pour sortir du lit ? Vous manquez d’énergie chaque jour, et vous vous jetez sur le sucre pour surmonter le coup de barre de 16 heures ? Vous n’êtes pas le/la seul(e) ! Une personne sur cinq se plaint de se sentir tout le temps épuisée. Près de dix pour cent des gens qui consultent un médecin évoquent comme première raison leur état de fatigue. C’est à tel point que cela a engendré un acronyme pratique (TATT, en anglais) que les docteurs inscrivent sur les feuilles de soins. Cependant, seule la moitié des personnes se plaignant de léthargie est diagnostiquée avec un problème médical tel qu’une carence en fer ou un dysfonctionnement de la thyroïde. Souvent, la fatigue peut être provoquée par des problèmes peu connus liés au style de vie. Dans ce cas, de simples changements peuvent y remédier.

1. Vous êtes perfectionniste

« Être perfectionniste peut absorber toute l’énergie d’une personne parce qu’elle passe plus de temps que les autres qui sont moins consciencieuses, à s’inquiéter et à ruminer sur ses décisions. Cela l’empêche de dormir, selon le professeur Irene Levine, de l’université de New York « Langone School Medicine ». Elle déclare à MailOnline : « Les gens perfectionnistes ont toujours tendance à s’inquiéter de savoir s’ils sont en train de faire la bonne chose, si ce qu’ils font est suffisamment bon, se remettant constamment en question. Au lieu d’avancer en passant à la tâche suivante, ils tournent en rond de manière obsessionnelle, ruminant sur la qualité de ce qu’ils produisent. » Elle ajoute : « Cette façon inapte de gérer le stress peut produire un sentiment de fatigue chez l’individu. C’est comme s’il n’atteignait jamais ses buts. Le fait de douter constamment de soi plonge un individu dans l’anxiété et la dépression, parce qu’un perfectionniste place des objectifs démesurés, comme être parfait et faire les choses à la perfection. » Les caractéristiques de base du perfectionnisme sont principalement reliées. Des indices permettent d’identifier si vous êtes une personne perfectionniste et peuvent aider à contrebalancer l’anxiété et le stress qui sont liés au perfectionnisme et conduisent à la fatigue. « La thérapie cognitive peut également être bénéfique », ajoute le professeur Levine.

2. Vous buvez trop de café

« La caféine est un stimulant. Le fait d’en boire envoie un message aux glandes surrénales pour produire de l’adrénaline et du cortisol, hormones du stress. La réponse de ce même stress est déclenchée dans le corps par l’absorption de café ou de thé comme s’il était en danger physique imminent », révèle le docteur Marilyn Glenville, nutritionniste et auteur de The Natural Health Bible for Women. « Après une tasse de thé ou de café, une personne peut se sentir énergisée et vive, explique-t-elle. Toutefois, le taux de sucre dans le sang connaît ensuite une chute ; la personne s’effondre alors et se sent encore plus fatiguée. Cela conduit souvent ces personnes à prendre une autre tasse, ce qui déclenche un nouveau cycle. Celles-ci finissent par « poursuivre » l’énergie, et à la longue, boire du café leur procure un sentiment de fatigue de plus en plus fort. Il y a une analogie entre le fait d’absorber de la caféine, ou du Coca light, ou des boissons énergisantes, et travailler avec des dates limites. Vous pouvez le faire pendant une courte période, mais vous vous écroulerez ensuite parce que ce n’est pas une façon supportable pour avoir de l’énergie. Beaucoup de personnes se sentent épuisées par la suite, et elles tombent malades, elles attrapent la grippe. Supprimer la caféine augmentera, à la longue, les niveaux d’énergie », dit-elle. Cependant, beaucoup de personnes sont dépendantes de la caféine et devraient donc l’éliminer doucement plutôt que de s’arrêter d’un seul coup. Elle explique : « Il faut diminuer graduellement sa consommation de caféine sinon l’on peut être sujet à des maux de tête et à des crampes musculaires si l’on arrête brusquement ». Manger de la nourriture qui libère de l’énergie peut provoquer une sensation de malaise au début parce que le corps est habitué à une absorption rapide de caféine. Toutefois, vous vous sentirez mieux et moins fatigué au fil du temps. Faire le plein de glucides peut signifier que les gens manquent également d’autres nutriments, ce qui leur ferait se sentir fatigués.

3. Vous mangez trop de glucides complexes

Dr Glenville dit que les gens peuvent réellement être fatigués après avoir ingéré des aliments supposés leur procurer de l’énergie. « Faire le plein de pâtes, de pain et de riz, voire de biscuits, chocolat et chips, provoque des pics et des chutes de glycémie, lesquels conduisent une personne à somnoler l’après-midi », explique-t-elle. « Ce sont des aliments riches en index glycémique élevé (IG). Ils atteignent la circulation sanguine trop rapidement, provoquant ainsi une augmentation rapide du taux de glycémie. Puis les taux redescendent brutalement et s’effondrent. Vous ressentez alors des étourdissements et devenez d’humeur changeante, irritable, et vous vous sentez épuisé. Se gaver de glucides signifie que les gens ne mangent peut-être pas d’autres aliments ou des aliments plus nourrissants, au point d’être fatigués parce qu’ils ne mangent pas assez d’aliments nutritifs », ajouta-t-elle. Elle explique que manger des aliments à faible IG, qui libère l’énergie plus lentement, en petite quantité et à des rythmes réguliers, maintiendra la glycémie à un taux stable et les niveaux d’énergie seront constants, évitant ainsi les coups de fatigue. Manger un grand nombre de fruits et légumes riches en nutriments aidera également à préserver un taux stable de glycémie.

4. Vous avez des troubles du sommeil liés à votre menstruation

Selon plusieurs études, beaucoup de femmes rencontrent des difficultés à dormir à différentes périodes de leur cycle menstruel. Généralement, une femme passe des nuits agitées, ou expérimente une somnolence diurne, dans la phase lutéale ou prémenstruelle de son cycle, les onze jours qui précèdent les règles. Les chutes d’hormones qui se produisent durant cette période sont à l’origine de ces phénomènes. Il est également prouvé que certaines femmes expérimentent même des troubles sévères du sommeil comme l’insomnie (manque de sommeil), l’hypersomnie (l’excès de sommeil) ou de la parasomnie (incluant des problèmes comme le somnambulisme, la paralysie du sommeil, les éveils confusionnels et les terreurs nocturnes) durant cette période. Ce désordre est traité normalement par un médecin qui recommanderait une pilule contraceptive pour régler les fluctuations d’hormones. Certaines femmes qui luttent pour dormir avant leurs règles doivent avoir un faible taux de mélatonine, l’hormone du sommeil. Si tel est le cas, le médecin prescrira de la mélatonine.

5. Vous ne mangez pas assez de protéine

Manger des protéines peut provoquer une libération lente de l’énergie, évitant ainsi le coup de barre de 16 heures. « Beaucoup de personnes manquent d’énergie, précisément quelques heures après le repas et avant le dîner parce qu’elles ne mangent pas asse de protéines », dévoile Nicole Shubrook, nutritionniste à la clinique UrbanWellness, à Londres. Elle explique à MaiOnline : « Cela prend plus de temps aux protéines de se répartir dans le corps. C’est la raison pour laquelle l’énergie est libérée plus lentement, et cela vous recharge pour plus longtemps. » « Si vous n’incorporez pas suffisamment de protéines dans vos repas, vos taux de glycémie connaîtront des pics, et vous aurez une montée rapide d’énergie, mais également une chute brutale. Vous vous sentirez alors fatigué, manquant d’énergie ; ce fameux coup de barre de l’après-midi. » Elle recommande de manger des protéines durant toute la journée pour maintenir des niveaux stables d’énergie. Manger une quantité minimale, équivalente à la paume d’une main, de protéines au cours d’un repas, grignoter des graines et des noix ou ingérer des beurres de noix, peuvent empêcher les coups de fatigue dans une journée.

6. Vous avez un diabète de type 2 non diagnostiqué

La fatigue, habituellement accompagnée de problèmes de vue, d’une soif constante et d’un besoin fréquent d’uriner, et d'infections fréquentes, pourrait être le signe d’un diabète de type 2 non diagnostiqué. Cela se passe lorsque le corps ne produit pas suffisamment d’insulines pour fonctionner correctement ou lorsque les cellules du corps ne réagissent pas à l’insuline ; c’est que l’on appelle la résistance à l’insuline. « Si une personne est touchée par cela, tout ce qu’elle fait requiert plus d’efforts », explique le professeur en médecine Steve Field. Le traitement contre le diabète de type 2 implique de l’exercice régulier, un régime sain et parfois une médication pour prévenir les taux élevés de glycémie. Le traitement est conçu pour maintenir les niveaux de glucose dans le sang afin d’éviter le risque de complications telles que la cécité, la détérioration nerveuse, les ulcères et l’amputation.

7. Vous avez de faibles niveaux de testostérone

Chez les hommes, la fatigue, accompagnée probablement de perte de cheveux, de perte de libido et de difficultés à se concentrer, pourrait être provoquée par de faibles niveaux d’hormones sexuelles. « Lorsque les taux chutent, cela peut créer une perte de la masse musculaire. Le patient se sent alors fatigué à chaque activité physique », précise Dr Marck Vanderpump, consultant endocrinologue à l’hôpital Royal Free Hospital à Londres. La carence en testostérone, causée par une condition connue appelée hypogonadisme, affecte environ un homme sur mille. Les raisons de cette affection ne sont pas connues, bien qu’elles puissent être génétiques. « En termes de traitement, il est rare de pouvoir inverser la cause sous-jacente », ajoute Dr M. Vanderpump. Toutefois, il est possible d’avoir une thérapie de remplacement de testostérone pour inverser les symptômes et restaurer la tonicité musculaire.