4594

Apprendre à devenir efficace

T.D. JAKES

Moi donc, je cours, non pas comme à l'aventure ; je frappe, non pas comme battant l'air.

I Corinthiens 9:26


En plusieurs points, l’inspiration pour ce texte m’est venu il y a plusieurs décennies dans une bagarre de cour d’école. Je n’ai jamais oublié cette leçon inestimable de vie de la part d’une brute prénommée Harold. J’étais en troisième année du cycle élémentaire à l’époque, et il avait un an de plus que moi. Un jour, après l’école, nous nous sommes disputés sur un sujet, chose drôle, je ne me rappelle même pas de quoi il s’agissait ! Toutefois, je me souviens très bien de l’impact de son poing grassouillet sur ma tête, comme si c’était hier. Il m’a frappé de telle sorte à ce que je perde même le goût.

Nous avions échangé des mots après la sonnerie, mais avions attendu d’être presque arrivés à la maison pour finalement nous bagarrer. Nous nous sommes battus comme des catcheurs, balançant les coups de poing comme les champions que l’on peut voir sur les chaines payantes. Cependant, un seul faisait mouche ! J’aurais souhaité pouvoir dire qu’il n’avait pas gagné, ou même que le match était serré et que nous n’avions pas pu déterminer de vainqueur. (J’ai essayé de sauver la face lorsque je suis rentré à la maison en prétendant que le combat était serré).

Toutefois, je savais en regardant l’expression du visage de mon frère que j’avais subi une défaite incontestée ! Le problème majeur était que je m’étais battu avec les yeux fermés. Si j’avais au moins ouvert mes yeux un peu plus souvent, je m’en serais mieux sorti.

Harold m’avait tellement laminé que lorsque mon père est rentré à la maison le soir, il s’est mis à genoux et m’a donné ma première leçon d’autodéfense. Papa, qui était mon super héros à l’époque, m’a obligé à lui montrer mon allure et ma technique. Après m’avoir observé pendant un moment, il se mit à ricaner et me dit : « Mon fils, ta grande erreur, c’est que tes bras s’agitent dans tous les sens, on dirait que tu es en train d’imiter un moulin à vent. Et ta plus grande erreur, c’est que tes yeux sont fermés comme si tu ne voulais pas regarder quelqu’un te mettre un coup de pied au derrière ! » Le combat de votre vie !

Maintenant, j’ai grandi et grossi, je dois admettre qu’Harold, le Goliath de ma cour de récré, m’avait vraiment battu à plate couture. Cela a été ma première expérience de nombreux autres violents combats acharnés, pas nécessairement avec mes poings, mais avec ma pensée, mon cœur et mon esprit. J’ai appris avec ce combat un principe fondamental qui doit être notre point de départ si nous devons nous repositionner au milieu des différentes batailles de notre vie.

Si nous voulons nous affranchir de toutes nos limites dues aux échecs du passé, nous devons rechercher les occasions d’apprendre avec nos défaites. Bien qu’ayant assimilé la leçon d’autodéfense à l’époque, ce n’est qu’après plusieurs années, lorsque j’ai lu le verset cité au commencement de cet article, que l’ampoule de la compréhension a explosé au-dessus de ma tête en un feu d’artifice d’application dans la vie réelle.

S’adressant à l’église de Corinthe, l’apôtre Paul, homme sage et d’un âge avancé, a rédigé un message duquel vous et moi pouvons acquérir une connaissance approfondie sur la manière dont nous pouvons nous repositionner pour la victoire que Dieu nous a prédestinée.

Vous ne pouvez pas vaincre ce que vous ne voulez pas voir et confronter

Adopter le style de combat de l’autruche, avec la tête enterrée dans le sable, n’est absolument pas efficace ! Lorsque nous « battons l’air », comme Paul l’a exprimé, nous balançons des coups de poing vides qui dépensent de l’énergie sans aucun changement efficace. Battre l’air n’est pas comme battre l’adversaire ! Vous auriez dû voir la force avec laquelle j’ai battu l’air lors de mon combat contre Harold. Si seulement l’un de ces coups avait touché la cible, je l’aurais mis K.O. Au lieu de cela, ma lèvre avait enflé comme un ballon de baudruche en train d’être rempli de l’eau d’une fontaine ! Non, nous devons être stratégiques et réfléchis. Nos coups doivent atteindre leur cible. Nous devons nous battre de façon stratégique pour les prix que nous désirons recevoir. Nous devons investir notre énergie pour atteindre directement nos buts.

Souvent, des gens de bonne volonté me disent : « Tu mérites de réussir, tu travailles si ardument. » Je comprends ce qu’ils veulent dire. Ils me comparent à des gens qui ne font rien, mais qui s’attendent à tout. Toutefois, c’est une erreur de croire que le dur labeur apporte de grands résultats.

L’effort ne veut pas obligatoirement dire que vous êtes efficace

Malheureusement, en faisant l’effort d’élever des enfants qui n’étaient pas paresseux, nos parents nous ont inculqué que de travailler dur équivalait à vivre mieux. La plupart de nos parents et grands-parents ont passé leur vie dans des emplois pénibles et laborieux au temps de l’ère industrielle du vingtième siècle, lorsque la productivité était focalisée sur les efforts et énergies, et pas sur les stratégies et structures. Serait-il possible que nos parents nous aient préparés pour un monde qui est derrière nous ? Se pourrait-il que l’ère technologique de notre vingt-et-unième siècle exige que nous nous repositionnions face à une nouvelle façon de pensée ? Nous sommes-nous involontairement limités en nous accrochant aux idéaux de maman et à l’éthique professionnelle de papa ?

La stagnation est le danger de la pensée traditionnelle. La sagesse de nos anciens a pu être grande pour leur époque quand nous les avons entendus. Cependant, une réévaluation progressive et complète évitera le piège d’appliquer une idéologie obsolète qui nous poussera à faire des efforts sans que nous puissions obtenir les résultats désirés. Pour survivre dans l’ère postindustrielle hyper technologique, dans laquelle vous et moi vivons aujourd’hui, nous devons mettre à jour notre philosophie personnelle. Nos parents et leurs ancêtres ont posé un grand fondement, pour lequel je serai éternellement reconnaissant.

Toutefois, il est dangereux d’essayer de bâtir des étages supérieurs à une maison qui a été construite pour un climat très différent par rapport du précédent. Pourtant, de manière subconsciente, nous restons souvent dans la pensée que nous avons héritée et ne faisons aucune avancée dans la pensée progressive de notre temps, laquelle augmentera notre efficacité.

Quand le travail pénible fonctionne à peine

Je connais beaucoup de personnes qui travaillent comme des mules, mais qui ne voient que peu de résultats. Sans le savoir, elles se limitent elles-mêmes en demeurant dans des croyances auto-imposées qui perpétuent l’épuisement des ressources sans jamais créer une augmentation de productivité. Je me suis retrouvé parmi des amis qui étaient beaucoup plus occupés que moi, mais beaucoup moins efficaces.

Leur téléphone mobile interrompait notre déjeuner. Ils conduisent tout en donnant des instructions par leur oreillette Blue-tooth et semblaient plus occupés que le contrôleur aérien de l’aéroport O’Hare de Chicago. Ils sont bien intentionnés, faisant ce qu’ils pensent être nécessaire pour réaliser leurs aspirations. En fait, la plupart d’entre eux sont en train de jouer une variété de rôles espérant des compétences polyvalentes et croissantes. Ces propriétaires de petites affaires peuvent être en réalité le chef cuisinier ou le plongeur. Ce pasteur peut être en train de diriger la chorale, aller chercher les membres et conseiller les ados de la ville. Cette mère au travail peut être en train de présider les levées de fonds du PTA, solliciter de nouveaux comptes pour son employé et planifier un rendez-vous pour faire nettoyer la moquette. Ces gens composent des listes intimidantes avec des proportions herculéennes, courant de lieu en lieu et de responsabilité à responsabilité juste pour cocher la prochaine chose à faire. Ils répandent leur cœur dans le seul but de voir le minime impact réduit de leurs si nombreux efforts. Que dirions-nous de l’étudiant qui étudie laborieusement, discipline son comportement, mais qui continue à trouver que l’épreuve est difficile ? Quelque chose ne va pas dans les habitudes de cet étudiant !

Vous reconnaissez-vous ? Avez-vous l’impression de courir sur place sur le tapis de course, activité après activité, tâche après tâche, travail après travail ? Etes-vous en train de dépenser des mouvements constants uniquement pour rester sur place au mieux ? Vous êtes-vous limité vous-même par ce que vous pensiez que vous « deviez faire » pour atteindre le succès ? Malheureusement, beaucoup de nos attentes pour vivre une vie de succès peuvent être similaires à espérer pathétiquement battre Harold !

Voici le problème : j’étais dans le combat, mais je ne visais rien du tout. Dans ce combat, je transpirais et maudissais, criais et swinguais, alors que lui continuait à me cogner à l’œil et à la lèvre. Plus furieux que jamais, je devins encore plus malavisé dans mes efforts pour riposter ! De même, la vie peut vous frapper et les circonstances peuvent vous garder en bas, même si vous luttez vaillamment et courageusement pour rester dans le combat. J’étais assez fâché pour gagner. J’étais assez fort et grand pour gagner. Cependant, peu importe à quel point j’étais engagé dans ma cause, mes efforts étaient vraiment mal dirigés.

Y a-t-il des domaines dans votre vie, dans lesquels vous vous battez actuellement comme je l’ai fait ? Votre agenda surbooké pourrait-il être plein de coups qui ne vous amènent à rien de concret ? Vos yeux sont-ils fermés pour apprendre de vos erreurs passées plutôt que de les répéter ?

Périodiquement, chacun de nous passe par ces saisons de la vie difficiles à surmonter. Ces saisons sont souvent amenées par des circonstances qui semblent hors de notre contrôle. Une simple maladie peut dépasser les visites chez un docteur et mener à une bataille de la volonté et de la foi, sans parler des finances, une saison difficile à vivre pour quiconque. Une courte période de chômage ne représente pas nécessairement un grand combat, mais juste une situation temporaire où tout le monde peut se retrouver à un moment de sa vie. Toutefois, si cette phase temporaire se transforme en trois années sabbatiques sans salaire, cela peut être la bataille qui éprouve l’âme et épuise les réserves financières, laissant notre famille désemparée, provoquant des tensions dans notre mariage et brisant notre assurance. Chacune de ces calamités et les innombrables autres conséquences peuvent créer chez vous un sentiment de tristesse et de dépression. Nos plus grandes tristesses et intenses luttes viennent des choses qui nous procuraient préalablement de la joie. Il n’y a rien de plus beau qu’un mariage heureux, ni rien de plus tragique qu’un mariage qui tourne au vinaigre.

Combien de fois ai-je vu une mère pleurer de joie lorsqu’on pose dans ses bras son tout nouveau-né. Elle ne peut pas imaginer que ces larmes salées d’extrême joie puissent, en dix-sept ans, se transformer en frustration amère lorsqu’elle se réveille pour se rendre compte que son petit Junior a pris sa voiture sans autorisation et a encore disparu.

Comme un bébé qui se développe d’étape en étape, la vie a une façon de nous présenter des changements inattendus. A un moment un travail est une merveilleuse bénédiction, puis quelques années plus tard, vous vous retrouvez devant un conseil d’arbitrage, avec un sentiment de frustration que vous n’avez pas vu venir. On n’a pas besoin de vivre longtemps pour savoir qu’une relation formidable, professionnelle ou personnelle, présente souvent des défis qui peuvent rapidement tourner en conflit semblable à la bataille d’Armageddon ! J’ai vu des enfants qui étaient des alliés de confiance se tourner contre leurs propres parents et essayer de les détruire. J’ai été témoin d’amoureux qui ne pouvaient pas respirer sans entendre le battement de cœur de l’un et l’autre puis, haïr le son de la voix de l’autre. Même un ami fidèle peut finir en ennemi numéro un.

Gardez le changement

Nous ne voyons peut-être pas la douceur devenir de l’aigreur jusqu’à ce que le goût remplisse notre bouche et que nous yeux commencent à larmoyer à cause de la douleur infligée par la transformation. La seule certitude concernant la vie, c’est qu’elle changera. Nous sommes forcés de garder le changement dans notre vie, que nous le voulions ou pas, réalisant ainsi que la meilleure des situations peut changer du jour au lendemain et devenir la pire crise à laquelle nous n’avions encore jamais été confrontés.

Beaucoup des difficultés dans la vie détournent leur puissance face au coup dur qui les prend au dépourvu. Bien que chacun de nous rencontre ces épreuves, on dirait que certaines personnes détiennent une botte secrète qui les rend capable de résister aux vicissitudes de la vie. Leur contre-attaque est rapide et précise, elle accomplit davantage en un seul coup qu’avec une rafale de vingt coups lancée par quelqu’un d’autre.

Ces gens semblent rebondir et se relever de tout ce qui voulait les tirer vers le bas et entraver leur progrès. Ils ne sont pas exempts d’une vie sans maux de cœur et de tête, néanmoins semble-t-il souvent qu’ils possèdent une sorte de « laissez-passer » qui leur permet de surmonter les problèmes, tout comme un cadre abonné aux vols aériens qui est envoyé dans un aéroport.

Oui, nous luttons tous, jour après jour. Cependant, certaines personnes relèvent simplement le défi mieux que d’autres, ce qui leur permet de consacrer leur énergie sur la victoire au lieu de purement endurer les missiles Scud indétectables qui surgissent de nulle part, menaçant de détoner à l’improviste en projetant des éclats d’obus.

Peu importe combien vous êtes plein de foi, financièrement responsable, politiquement correct ou à quel point vous êtes sympathique avec les autres, vous allez inévitablement vous retrouver de temps en temps à faire face à des situations qui vous effrayeront comme une attaque terroriste le ferait. Ces luttes personnelles nous hantent et nous laissent avec une anxiété secrète qui traîne comme de la nourriture très épicée dans un système digestif qui n’a plus de vésicule biliaire ! Ces problèmes troublants stagnent en nous, refusant d’être digérés, tandis qu’ils s’infiltrent dans nos émotions, constipant notre créativité et gaspillant continuellement notre énergie. Beaucoup sont tombés dans le mythe qu’il suffit d’avoir une attitude optimiste ou une philosophie remplie de foi pour être immunisé, d’une certaine façon, contre les défis.

Or, mon ami, ce n’est vraiment pas comme cela que ça fonctionne. La bonne nouvelle, cependant, c’est que nous pouvons convertir les tempêtes de l’opposition en un vent en poupe, sous nos ailes. Nous pouvons utiliser ces expériences qui nous ont mis au pied du mur pour briser les barrières et étendre notre champ d’action. Nous pouvons dépasser les limites de nos anciennes erreurs, transformant notre sottise en sagesse, notre frustration en motivation et notre déni en détonateur de changement explosif.

Les échecs du passé peuvent devenir des stigmates qui fortifient votre écorce, vous rendant plus résistant et vous permettant d’aller de l’avant avec abondance de ressources, si seulement vous permettez à ces plaies sensibles de regret et de déception de guérir.

Comment pouvons-nous réaliser cette transformation ? Comment pouvons-nous nous positionner de manière stratégique afin d’agir plus efficacement et progresser dans une vie sans limites ? Que pouvons-nous faire pour changer notre vie ?

Le processus commence avec la compréhension au sujet de combien nous devons être constants et tenaces pour prévaloir sur l’adversité que nous rencontrons

Il y a une façon de penser chez le champion qui lui donne l’avantage. C’est son refus d’accepter la moyenne ou l’ordinaire, qui l’établit à une place de distinction sans précédent. En fait, il existe une discipline et une formation qui positionnent toujours le gladiateur comme le vainqueur qu’il est censé être. Une fois qu’il a été programmé pour vaincre, il atteindra à la fin son meilleur et plus haut niveau, parce qu’il a été entraîné pour gagner, conditionné pour vaincre et appelé à être un conquérant. Il a été positionné pour être un gagneur, et même s’il perd tout, il a ce don nébuleux et apparemment indescriptible qui lui permet de retomber sur ses pieds, et du bon côté. Vous savez, ces gens qui peuvent transformer du fumier de poulet en salade de poulet !