2962

Nigéria : Nous ne garderons pas le silence dans la persécution

Le plus grand réseau des églises du Nigéria en appelle au président du pays pour plus de protection contre les attaques de Boko Haram, et le président, quant à lui, appelle à plus de prières.

« Nous n'allons pas garder le silence au milieu de la persécution à laquelle les chrétiens sont confrontés », déclare le Pasteur Ayo Oritsejafor, président de l'Association chrétienne du Nigéria.


« Les tueries dans le nord du Nigéria sont condamnables d'actes de méchanceté contre l'humanité. Il est regrettable que les fidèles soient tués dans leurs maisons et dans leurs lieux de cultes. Nous ne sommes pas heureux face à cette orientation, et nous continuerons de prier Dieu pour mettre fin à cette situation atroce que nous traversons dans le nord du Nigéria », a-t-il poursuivi.

« De nombreuses personnes ont fui la région, mais [les assaillants] ont brûlé trois églises : EYN, les églises LCCN et une autre église. Ils ont également blessé certaines personnes et tué d'autres », a déclaré Dim Regarder à World Monitor, sans estimation du nombre de victimes.

Le 26 février dernier, au moins 14 personnes ont été tuées dans des attaques coordonnées par des combattants lourdement armés de Boko Haram sur Kirchinga, Michika et Choa, des villages situés dans l'État d'Adamawa. Beaucoup de propriétés, y compris trois églises catholiques ont été incendiées. Plus de 400 personnes ont été tuées dans l’État de Borno, d’Adamawa et les États de Yobe.

Dans le centre du Nigéria largement appelé la Middle Belt, la communauté Berom à prédominance chrétienne a subi de lourdes pertes suites aux attaques croissantes. Dix huit personnes, en majorité des femmes et des enfants, ont été tuées les 4 et 5 mars dans quatre villages - Dorok, Gwon, Gwarama, et Gwarim, le tout dans la zone Riyom, gouvernement local de l'État du Plateau.

Parmi les victimes figurent huit personnes de la même famille. Les assaillants, vêtus d'uniformes de style militaire et équipés d’armes sophistiquées, ont brûlé plus de 200 maisons, des églises et autres lieux de prière. Selon un survivant s’étant identifié comme étant Peter Daniels, les attaquants ont juré d'anéantir les résidents qui sont retournés dans leurs villages.

À travers l'État du Plateau, au moins 163 personnes ont été tuées dans des attaques par des Peuls soupçonnés depuis le début de l'année. Chaque vague de violence renouvelle la critique de l'Association chrétienne du Nigeria et d'autres quartiers, selon laquelle les forces de sécurité nigérianes ne font pas assez pour arrêter les massacres. Le 5 février, le président du Nigéria, Goodluck Jonathan, a licencié ses chefs d’armée, en les remplaçant par de nouveaux généraux auxquels il a donné des ordres pour écraser la secte Boko Haram.

Plus récemment, un porte-parole présidentiel a reconnu que le conflit avec Boko Haram est une « situation de guerre », et que l'armée est aux prises avec un « ennemi sérieux. » Le 9 mars, le président Goodluck Jonathan a appelé à prier davantage pour vaincre l'insurrection. "Nous avons besoin de plus de prières pour mettre fin au terrorisme. Avec la prière et les mesures mises en place, nous allons surmonter ces défis", a déclaré le président dans un discours lors de la séance d'ouverture de la Conférence des évêques catholiques du Nigéria à Abuja, la capitale fédérale. Dans la région nord du pays, au moins 170 chrétiens ont été tués, des centaines ont été blessés, des milliers furent déplacés, et plus de 350 églises ont été brûlées ou détruites.

Source : Charismanews