L'importance de la présence d'une mère et d'un père dans la vie d'un enfant



Soixante-dix pour cent des enfants ayant eu leurs deux parents biologiques à la maison pour les élever n'ont pas expérimenté des situations tragiques, en comparaison avec seulement 21,7 pour cent de ceux qui sont issus d'un foyer monoparental et 18,7 pour cent de ceux qui ont été élevés sans aucun de leurs parents, selon le rapport publié par le département des centres de santé des États-Unis.

L'étude a porté sur neuf circonstances indésirables :

- le divorce ou la séparation des parents ou tuteurs ;

- le décès de l'un des deux parents ou tuteur ;

- l'incarcération d'un parent ou tuteur ;

- avoir vécu avec quelqu'un qui était mentalement malade, suicidaire ou gravement dépressif ;

- avoir vécu avec quelqu'un ayant des vices (alcool ou drogue) ;

- être témoin de violence au sein du foyer ;

- a été victime de violence ou témoin de violence dans le quartier ;

- a subi la discrimination raciale ;

- a eu des difficultés à obtenir des soins à cause des faibles revenus familiaux.

Près de la moitié, quarante-huit pour cent, des enfants en famille d'accueil s'identifiaient dans quatre ou plusieurs expériences familiales négatives citées ci-dessus.

Cette étude révèle que les enfants n'ayant pas été élevés par leurs deux parents biologiques risquent plus d'avoir des traumatismes pendant leur période d'enfance.

Il n'est pas surprenant de constater que les enfants élevés en famille d'accueil obtiennent les résultats les plus médiocres comparativement aux autres groupes d'enfants. Les données proviennent de l'enquête nationale 2011-2012 de la santé des enfants, d’un sondage téléphonique national représentatif des ménages avec enfants. 95 677 entrevues ont été menées pour la réalisation de cette enquête.


Tags :  Famille, Maternité, Paternité, Valeurs

<