Entreprise et pots-de-vin



Le groupe Alstom a reconnu avoir versé des pots-de-vin pour une usine au Brésil.

En effet, dans un document officiel mis à la connaissance du public, le groupe admet le paiement de pots-de-vin au Brésil.

Dans un audit réalisé en France et classé comme « strictement confidentiel », l'entreprise admet avoir payé 4,85 millions de francs en 1999 pour vendre des équipements à l'usine hydroélectrique de Itá, dans l'État de Santa Catarina au Brésil.

De plus, Romain Marie, directeur de l'audit, révèle dans son document d'autres paiements de neuf autres usines du même genre au Vénézuela, à Singapour et au Qatar, pour un montant avoisinant cinq millions d'euros.

Selon un site de sciences économiques et sociales, Alstom, en proie à des difficultés financières, aurait vu l'état renflouer ses caisses au cours des dernières années à hauteur de dizaines de millions d'euros, entre autres avec des souscriptions d'augmentations de capitaux, financés évidemment par l'argent des contribuables.


28-04-2014761 Economie
Tags :  Corruption