Après ses abus en frais de taxis, un poste au ministère de la Culture comme récompense



En politique les privilèges sont omniprésents malgré le manque d’intégrité des dirigeants et d’une partie de la classe politique.

En effet, le journal Le Monde vient d’annoncer que l’ancienne directrice du centre Pompidou et de l’INA, Agnès Saal, faisait son grand retour au ministère de la Culture. L’information ne serait pas si insolite si cette dernière n’avait pas fait parler d’elle en se faisant exclure temporairement de la fonction publique sur décret présidentiel à cause du scandale relatif à ses 79 000 euros de frais de taxis au printemps 2015.

Après avoir plaidé coupable, elle a été condamnée au mois d’avril dernier à trois mois de prison avec sursis et 7 500 euros d’amende ; une somme dérisoire si on la compare à ses dépenses astronomiques aux frais du contribuable. Espérons maintenant que le ministère de la Culture dispose d’un budget assez conséquent pour palier un éventuel écart de conduite d’Agnès Saal qui est maintenant rattachée au secrétariat du ministère.

Bien qu’elle ait été qualifiée de « symbole de la trahison des élites », il n’en demeure pas moins que les alliances des personnages politiques et les faveurs dont ils jouissent les placent malheureusement dans une position très confortable malgré leur manque d’intégrité.


12-07-2016247 Politique
Tags :  Abus de pouvoir, Corruption