« Notre force, c’est une excellente éducation »



Une enquête menée par le Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves (PISA) en 2012, classe le système éducatif finlandais parmi les meilleurs au monde.

Ce succès s’explique par la réforme éducative opérée par le gouvernement finlandais dans les années 1970. Maia Rintola, élève à l’époque et aujourd’hui professeure, raconte qu’avant « les élèves étaient assis en silence comme des piquets, et le professeur faisait son cours debout, devant la classe.» Désormais, les élèves sont autorisés à échanger et à se déplacer dans la classe.

Les résultats montrent que non seulement les élèves finlandais ont davantage confiance en eux-mêmes, mais également que leurs résultats sont excellents. Ainsi, la Finlande est classée première pour l’apprentissage de la lecture et des sciences en Europe, et quatrième pour les mathématiques, ceci malgré les quatre-vingt-dix minutes de cours en moins par semaine par rapport à leurs homologues français.

Lorsque l’on demande à Kari Louhivuori, proviseur d’une école publique d’Helsinki, le secret de ce succès, il met en relation plusieurs facteurs : « D’abord la confiance ; le système finlandais est très peu bureaucratique. Ensuite, nous consacrons beaucoup de temps à enseigner, et non à évaluer. Enfin, nous nous adaptons au rythme des élèves. Certains apprennent plus vite que d’autres, mais ils apprendront. En Finlande, nous n’avons guère de richesses : pas de mines, pas d’or, pas de pétrole … Notre force, c’est une excellente éducation. »

La réussite finlandaise a de quoi faire pâlir la France qui n’arrive qu’à la vingt-cinquième place du classement PISA, derrière l’Allemagne, l’Australie ou la Belgique.


30-09-2016303 Education
Tags :  Education, Enfants