La Bolivie s'affirme en disant « non »



La Cour constitutionnelle de Bolivie a estimé que la vie d'un bébé devait être protégée. Le jugement rendu par la Cour bolivienne est sans équivoque.

Le groupe militant IPS remettait en cause la volonté de la Cour Constitutionelle d'interdire l'avortement. L'affaire a été très commentée en Bolivie. Le suspense pour l'attente du verdict a duré deux années. Le Président Evo Morales a finalement rendu public le verdict lors d'un débat l'année dernière en déclarant que "tout avortement est un crime".

Les arguments sur lesquels la Cour se fonde pour protéger la vie sont originaux : tout ce qui vit ou « peut potentiellement donner la vie » doit être protégé par la Constitution bolivienne. « L'avortement à la demande ne pourrait jamais être permis », continue-t-elle, « c'est même un crime de mettre fin à une grossesse ».


07-10-20141031 Famille Justice
Tags :  Famille, Justice
  • Nricia
    29/10/2014

    J'avais 19 ans lorsque je suis tombée enceinte . Ma première idée a été bien sûr de me faire avorter mais un matin le Seigneur permit que je suive une émission qui portait sur ce sujet . Elle démontrait à quel point cet acte était abominable et quels conséquences un avortement pouvait avoir sur la fertilité des femmes . Ce qui m'a décidé à garder mon enfant, c'est l'image de ce bébé tranquille dans le ventre de sa maman entrain de sucer son pouce, puis soudainement en panique (en le voyait à son coeur qui battait à la chamade ) parce qu'il avait senti cet appareil qui allait lui faire du mal ! Et quelques secondes plus tard , il ne restait de ce magnifique petit bout que sa tête qui a été extraite avec des forceps...! Alors OUI, j'acclame la décision du Président Evo Morales , le Seigneur le bénisse abondamment ! Les autres devraient suivre son exemple .