La France de la corruption poursuit joyeusement son chemin



Une « loi-cadeau ». C’est un beau cadeau qu’ont offert jeudi dernier les parlementaires à tout futur délinquant. Désormais, la justice ne pourra pas rattraper un individu accusé de corruption au-delà de douze ans !

Alors que les députés ont fait doubler le délai de prescription pour les délits, passant ainsi de trois à six ans, et de dix à vingt ans pour les crimes, un amendement plafonnant la prescription pour les infractions dites « occultes » ou « dissimulées » a secrètement été voté.

Cette nouvelle loi prévoit qu’au-delà de douze ans, une affaire de corruption ou de détournement public sera automatiquement classée « sans-suite ». Certains magistrats ont souligné le fait que ces infractions mettent plusieurs années à être découvertes. Les élus bénéficieront donc d’une double prescription !

« Voilà un beau cadeau octroyé au monde des affaires », ironise un haut magistrat, avant d‘ajouter : « C’est une autoamnistie absolument incroyable dans le contexte actuel. » En effet, il est étonnant de constater que cet amendement intervient alors que l’affaire Fillon fait grand bruit dans les médias. Toutefois, c’est bien connu, en politique, peu importe la couleur, on se protège…


03-03-2017579 Justice Politique
Tags :  Corruption, Justice