Votre Smartphone transmet votre vie privée aux services secrets (et à qui d'autre ?)



Les Smartphones font partie intégrante de la vie de tous les jours. Alors qu’il y a quelques années, le téléphone portable se limitait à de simples appels ou tout au plus à envoyer des SMS, aujourd’hui, tout le monde peut avoir accès à ses e-mails, à internet et à tout type de service via son téléphone.

Toutefois, cette « avancée » n’a pas que des bons côtés. En effet, avec la multiplication des applications, des jeux et des réseaux sociaux accessibles directement sur nos téléphones, la vie privée de tout un chacun se trouve de ce fait exposée. Une récente analyse révèle que la police et les agents de renseignement, sous couvert d’une politique de sécurité et d’une loi sur le renseignement, peuvent avoir facilement accès à toutes les métadonnées enregistrées dans nos appareils.

Ces données, soigneusement conservées auprès de nos opérateurs en téléphonie, après études, peuvent révéler des précieuses informations sur la vie et les habitudes de chaque individu dans un pays. En effet, les habitudes quotidiennes d’une personne peuvent être identifiées en étudiant soigneusement sa navigation sur le web, les sujets et les destinataires de ses e-mails, les applications utilisées et la géo localisation de son téléphone révélant ainsi ses trajets journaliers.

Il est intéressant de rappeler également que les fournisseurs d’accès sont tenus de fournir aux autorités les données confidentielles de leurs utilisateurs, selon la loi 2006-64 du 23 janvier 2006. Notre téléphone portable devient donc un mouchard capable de révéler comme un miroir notre vie privée. Récemment, l’opinion publique découvrait dans les médias le piratage de millions d’adresses électroniques, donnant ainsi accès à la vie privée des propriétaires de ces comptes. Avec cette étude, nous sommes maintenant en droit de nous demander si ces « piratages » peuvent réellement être considérés en tant que tels.


10-05-2016525 Société
Tags :  Abus de pouvoir, Informatique, Liberté, Manipulation