Le nombre de suicides est lié au manque de foi



Les taux d'athéisme et de suicide vont de pair. À la fin du XIXe siècle, la France comptait un suicide pour 2 700 personnes, ce phénomène n’était pas uniquement lié à la France. Au XVIIIe siècle, c’est l’Angleterre qui était tristement qualifiée comme étant capitale mondiale du suicide.

Pour ces deux nations, la cause de ce taux élevé s’est révélé être l’athéisme, comme le déclare le Docteur Martin dans le New York Times de 1894 : « L’une des grandes causes du suicide est l’athéisme; dans les endroits où l’athéisme prévaut, le nombre de suicides s’envole. ».

Plus d’un siècle plus tard, le constat reste le même ; en 2004, le journal Américain de Psychiatrie déclarait : « Les personnes non-croyantes ont significativement attenté davantage à leur vie ou ont eu davantage de suicides dans leur entourage que les personnes croyantes. En outre, les premières ont moins de raisons de vivre, et moins d'objections morales au suicide. Elles ont par ailleurs des comportements plus impulsifs et agressifs. »

Cela a été confirmé par une étude menée l'année suivante par l'université de Pitzer en Californie, étude croisant les données religieuses et les taux de suicide de chaque pays. Le sociologue ayant mené la recherche, Phil Zuckerman, donne cette conclusion : « Les nations religieuses ont un taux de suicide bien moins élevé que les nations athées.

En 2003, neuf des dix pays ayant le taux de suicide masculin le plus élevé étaient des pays fortement irréligieux, avec un fort taux d'athéisme. En tête de liste se trouvaient également d’anciens pays soviétiques ou communismes. Quant aux pays présentant de faibles taux de suicide, il s'agissait exclusivement de pays très religieux avec un niveau d'athéisme insignifiant. »


03-06-2015603 Qualité de vie
Tags :  Foi, Statistiques, Athéisme