Une prime pour les policiers qui verbalisent le plus



Mauvais mobiles, manipulation, mensonges et occultisme, voilà ce qui caractérise le travail de certaines branches de la fonction publique.

A la suite d’une étude du magazine AutoPlus, le journal révèle que certains « gardiens de la paix » pourraient recevoir une prime en fonction du nombre de procès-verbaux dressés. L’information, démentie dans un premier temps par le ministère de l’Intérieur, a été confirmée par le chef du syndicat de la police UNSA, Philippe Capon : « On ne fait pas un travail de qualité en travaillant comme ça. On fait du volume, c'est un peu de l'abattage », a-t-il déclaré.

En effet, selon lui, cette méthode détériore l’image des agents. L’idée serait la suivante : ceux qui contrôlent le plus gagnent plus d'argent. Chaque infraction verbalisée vaut un certain nombre de points. À la fin, les « meilleurs » touchent une prime non négligeable, soit six cents euros par an. Ce principe de « la carotte ou du bâton » pousserait certains policiers à faire des excès de zèle quand il s'agit de contrôler les infractions au code de la route.


09-09-2015476 Société
Tags :  Abus de pouvoir, Corruption