Il y a encore des gens courageux



Sébastien Forgues, Paul Serge Ngassi et ses enfants attendent devant le comptoir de la Banque Royale du Carrefour de la Pointe avec une dizaine d'autres clients.

Soudainement, un homme couvert de peinture noire se glisse derrière le comptoir pour menacer la guichetière à l'aide d'un couteau à pain. Après s'être emparé du contenu du tiroir-caisse, l'homme prend la fuite… loin de se douter de ce qui l’attendait !

M. Ngassi, animé d’un sentiment de justice inné, poursuit l'homme, suivi de M. Forgues qui appelle les services de police. À ce moment, Alexandre Methot-Cardin, représentant de commerce, est en train de signer un contrat avec une cliente dans la boutique Rogers. Alerté par les cris, il se précipite hors du magasin et plaque le voleur contre une machine distributrice.

« Le voleur était complètement sonné. Ce n'est pas le premier vol qui a lieu dans le Carrefour, et je pensais que c'était la même personne. Ce n'est qu'après que j'ai appris qu'il était armé. La cliente m'a dit que le couteau avait failli me transpercer », raconte M. Methot-Cardin. « Je n'ai jamais vu ça en vingt-sept années de carrière », confie l'agent Beaulne. « Lorsque nous sommes arrivés sur les lieux, nous n'avons eu qu'à ramasser les preuves. Tout était là, le voleur qui était immobilisé, l'argent, l'arme à feu de plastique, le couteau et le maquillage. »

Ce n'est qu'à ce moment que M. Ngassi s'est souvenu qu'il avait laissé ses trois enfants à la banque. « Mes enfants me prennent pour un héros. Je ne voulais pas qu'ils soient traumatisés, alors je leur ai expliqué que les bandits sont de mauvaises personnes et qu'il faut les arrêter. En revanche, je me demande si je n'ai pas raté ma vocation », avoue M. Ngassi.


03-03-2016383 Faits Divers
Tags :  Courage, Solidarité