Tuer des bébés : la poule aux œufs d’or



Dès lors qu'il s’agit d’argent, il n’y a plus d’éthique ! Alors qu’en France, une série de nouvelles lois prônant une idéologie libertaire se succèdent, en Espagne les femmes en attente d’IVG « ont peur » de ne plus pouvoir avorter librement.

C’est en Espagne, à l’université de Navarra, que le sociologue et professeur Alejandro Navas, dans son livre « El aborto, a debate » nous livre la face cachée de l’iceberg. « Dans la sphère publique, on ne nous parle jamais de la dimension économique de l’avortement. C’est une affaire d’argent, et dans ce cas, les barrières éthiques et légales cèdent facilement. »

Après une analyse des facteurs clés de ce phénomène qui est le centre de l’actualité espagnole actuellement, le professeur parle d’un débat purement politique, mais également culturel. Alejandro Navas souligne que « la culture de la mort se diffuse largement certes, mais que le climat de l’opinion publique est en train de changer. »

À la clinique Southwestern Women's Options d’Albuquerque, l'une des seules des États-Unis à pratiquer des avortements au cours du troisième trimestre de la grossesse, le coût de cette intervention s’élève à huit mille dollars, et pour chaque semaine de grossesse supplémentaire, le tarif augmente de mille dollars.

Ginnia Jessen, née à la suite d’un avortement salin, témoigne aujourd’hui qu’après avoir fait des recherches sur la chaîne de cliniques qui a tenté de mettre fin à ses jours, elle a découvert que celle-ci gagne plus de soixante-dix millions de dollars par an. Marianne Anderson, après avoir travaillé durant deux ans dans un centre d’avortement du Planning familial (Planned Parenthood) à Indianapolis, le plus grand de l'État de l'Indiana, aux États-Unis, affirme que c’est « la pire chose qu'elle ait faite » dans sa vie. Sa dramatique expérience la conduit à dire que ce centre d’avortement est « une affaire d’argent ». « On nous disait que si nous ne répondions pas à la troisième sonnerie du téléphone, nous serions renvoyées, car ils avaient besoin d’argent », explique-t-elle.


20-01-2015857 Economie
Tags :  Manipulation, Mensonge, Politique, Perversion