La corruption des partis politiques en France, est-ce un mythe, une idée fausse, ou bien une réalité ?



Une étude révèle que 72 % des Français estiment que la corruption a augmenté ces trois dernières années. Les scandales à répétition dans le milieu politique sont l’un des facteurs d’incrédulité des Français face à leurs dirigeants. En analysant les informations et les motifs sur les condamnations par la justice des trois partis politiques majeurs français, c’est-à-dire l’UMP, le Parti Socialiste et le Front National, et ceci sur une période de quinze ans, nous obtenons des résultats très alarmants.

Dans la majorité des cas, les élus du FN sont condamnés pour violences physiques, incitations à la haine raciale, et fraudes diverses. Les élus de l’UMP semblent quant à eux être des « experts » en abus de biens sociaux et détournements de fonds. Concernant les élus du PS, il semble que le délit de favoritisme soit une de leurs « spécialités ».

Ces résultats viennent casser l’image de partis convenables que les médias veulent nous vendre ! La liste serait tellement longue que plusieurs pages ne pourraient toutes les contenir.

Pour le PS, voici un échantillon de leur palmarès, soit plus de 44 condamnations ou mises en examen : - Anne Hidalgo, actuellement maire de Paris, condamnée en 2012 à 40 000 euros d’amende pour infraction à la législation sur la durée du travail. - Bernard Granié, président du Syndicat d’agglomération nouvelle Ouest Provence, ancien maire de Fos-sur-Mer, condamné en 2011 pour favoritisme et corruption.

Pour l’UMP, quelques exemples parmi les 66 condamnations ou mises en examen : - Alain Agostini, conseiller municipal à Orange, condamné pour proxénétisme aggravé en bande organisée. - Georges Tron, ancien secrétaire d’État, mis en examen pour harcèlement sexuel, agression sexuelle et viol en 2011.

Et pour finir, le FN totalise 56 condamnations ou mises en examen enregistrées : - Alexandre Gabriac, ancien membre du comité central du FN, condamné en 2009 pour apologie de crime contre l’humanité, injures à caractère raciste, et violences volontaires. - Tanguy Deshayes, candidat aux municipales de Paris en 2008, mis en examen pour menace de mort et port d’arme. 


18-11-2014944 Politique Justice
Tags :  Corruption, Politique
  • sarah777
    21/11/2014

    Il est des pays où après des scandales quant au mœurs ou autres condamnations les hommes politiques savent que leur carrière dans la vie politique est finie ! Mais par chez nous , ils se disent " je reviendrais " .......... France achetons du collyre !!!!