Un acte courageux qui a sauvé des vies



Eric Fradin, quarante-sept ans, a perdu la vie un samedi lors du crash de son avion à proximité de Tarbes. Pour épargner la vie des habitants de la ville, il a refusé de s’éjecter de l’avion et est resté au contrôle de celui-ci, le maximum de temps qu’il a pu.

L'avion de tourisme qu’il pilotait, un Cessna 206, s'est écrasé dans un champ, entre une autoroute et des habitations, sans que l’on ne déplore d'autres victimes. Le président du Para Club de Tarbes discerne dans le geste héroïque du pilote un « réflexe militaire », une pratique qu'il aurait, selon lui, apprise lorsqu'il était dans l'Armée de l'air, et qui n'aurait pas pu être exécutée par n'importe quel pilote amateur.

Une responsable de l'Armée de l'air confirme qu'il s'agit d'une règle « cardinale » en cas de crash aérien : si les pilotes sont formés pour éviter au maximum les crashs en zones habitées, elle ajoute que l'Armée ne demande pas le « sacrifice obligatoire des individus », laissant cette décision « au libre arbitre de chacun ».

Des témoins, cités par La Dépêche, confirment : « Du sol, nous avons vu qu'il a tout fait pour maîtriser l'avion et éviter les habitations. » « La maison la plus proche était à trente mètres », précise Geoffroy Lagarde, président du Club, ajoutant que la manœuvre, relevant d'un sang-froid exceptionnel, n'était pas « à la portée de n'importe qui. »


23-09-2014875 Valeurs
Tags :  Courage, Hommage