Scénario de ténèbres en France



À l’aube du 14 juillet, grande Fête nationale française, notre pays a une fois de plus été le théâtre d’une série d’actes de violence… c’est le moins que l’on puisse dire 

Tout commence dès ce lundi 13 juillet lorsque trois malfaiteurs font irruption à l’intérieur du centre commercial Qwartz de Villeneuve-la-Garenne, et plus précisément dans la boutique Primark, prenant dix-huit employés en otage. En urgence, le Raid intervient, et les personnes sont évacuées ; cependant les braqueurs toujours en fuite n’ont pas pu être interceptés.

Cette atmosphère ténébreuse se poursuit en région parisienne, dans la nuit du 13 au 14 juillet où cette fois-ci ce sont 721 véhicules qui sont incendiés et plus de 600 personnes arrêtées et mises en garde à vue pour des actes illégaux. Durant la même nuit, vers trois heures du matin deux explosions retentissent dans le site pétrochimique de Berre-l'Étang où deux cuves distantes de 500 mètres remplies de produits chimiques ont été touchées.

Si les deux explosions ont été maîtrisées dans la journée, les habitants quant à eux restent stupéfaits et craintifs face à ces événements, comme en témoigne l'un d'eux : « C’est si bizarre tout ça ! Ça fait peur. En ce moment nous ne sommes pas très tranquilles. »

Finalement, en marge du traditionnel défilé du 14 juillet, trois cents personnes appartenant au mouvement militant pour un coup d’État sont interceptées par la police ! Ce mouvement incitait la population à un « devoir d’insurrection » en France pour qu’un « nouveau gouvernement remplace l’ensemble des politiciens actuels dès le 14 juillet ». Voici leur déclaration : « On se rassemblera place de la Concorde où se terminent les défilés ce jour-là. (…) Les forces militaires auront un choix à faire, et on espère bien qu'elles vont nous rejoindre. Ensuite, on prendra le contrôle des bâtiments stratégiques : Élysée, Matignon, Palais du Luxembourg et Assemblée nationale »... avait déclaré Myriam Vouters, porte-parole du mouvement.


15-07-2015988 Société
Tags :  Criminalité, Sécurité, Terrorisme, Violence