L’éducation nationale en France experte à décourager les enfants



Dans un livre percutant, le journaliste anglais Peter Gumbel expose le système français d’éducation. Il précise que c’est une formidable machine à exterminer les élèves, et à briser leur confiance en eux.

Ce reporter pour Time Magazine à Paris nous fait part d’un constat lamentable : 15% des élèves entrant en classe de sixième ne savent pas correctement lire et écrire. 130 000 jeunes quittent l’école chaque année sans obtenir un diplôme ou une qualification quelconque.

Les étudiants français ont un niveau médiocre comparé aux autres pays, et l’égalité des chances en fonction du milieu social, d’origine n’est pas garantie.

Nous devons avoir un regard différent sur les causes de ces échecs scolaires. Les enfants sont pour la plupart intimidés, anxieux, par la peur de l’échec. Ils manquent de confiance en eux. Même lorsqu’ils connaissent leurs leçons, ils ont souvent le sentiment que le professeur ne les aide pas, mais qu’il attend surtout une erreur de leur part.

« Pourquoi la France est-elle le seul pays au monde à décourager ses enfants au nom de ce qu’ils ne sont pas, plutôt qu’à les motiver, les encourager pour ce qu’ils sont ? ». Quoi faire contre un pays qui perpétue la culture de la médiocrité et de la nullité ?

Voici trois axes proposés pour s’en débarrasser :

- Changer totalement le système de formation des enseignants. Soyons humbles pour s’inspirer des méthodes efficaces à l’échelle internationale avec beaucoup plus d’heures pratiques et de simulations des cours.

- Plus d’autonomie pour les écoles et les enseignants.

- Introduction de programmes d’échanges des enseignants avec d’autres pays, afin qu’ils prennent conscience qu’il existe de bonnes méthodes provenant d’autres cultures. Pourquoi nous ne voulons pas nous inspirer des modèles qui fonctionnent, et offrir à l’école une révolution culturelle ? Nos voisins finlandais ont réussi à transformer leur système éducatif avec succès. Visiblement, la clef de leur succès est « d’utiliser des méthodes intelligentes qui visent à se focaliser sur le bien-être individuel des élèves, en mettant l’accent sur le professionnalisme des enseignants, fortement motivés, et en changeant complètement la relation entre les écoles et les responsables politiques en charge de l’éducation ».

Devons-nous accorder toujours autant d’importance aux performances académiques, ou faut-il laisser plus de place au bien-être, à l’épanouissement individuel, au développement de la créativité, et la confiance en soi de tous ceux qui vont à l’école ?


16-05-20141378 Education
Tags :  Education, Société, Enfants