La liberté d’expression, oui, mais pas pour tous !



Voici encore une histoire qui nous rappelle que la fameuse « liberté d’expression » n’est pas la même pour tous et que le modèle universel de la « démocratie » des droits de l’homme sans Dieu a généré ses propres dogmes intouchables.

Kelvin Cochran, chef des pompiers de la ville d’Atlanta a été limogé le 6 janvier pour avoir écrit un livre critiquant l’homosexualité. Cette révocation suit une suspension de trente jours sans solde déjà infligée pour le même motif.

Dans son livre « Qui t’a appris que tu es nu ? » Kelvin Cochran écrit que l’homosexualité est « impure », et ajoute que c’est « une perversion sexuelle vulgaire » et « inappropriée. » À la suite des pressions du lobby LGBT, le chef des pompiers d’Atlanta avait été suspendu par le maire, Kasim Reed, le 24 novembre dernier.

Affolé, le maire avait alors déclaré : « Je veux être clair ; ce qui est écrit dans le livre du chef Cochran est incompatible avec son travail dans l’administration d’Atlanta, qui est une ville des plus accueillantes pour tous types de citoyens, indépendamment de leur orientation sexuelle, de leur race ou encore de leurs croyances religieuses. »

Le maire d’Atlanta avait sommé Kelvin Cochran de démissionner, mais celui-ci avait refusé. Le maire a donc choisi de limoger le chef des pompiers au seul motif qu’il avait des convictions personnelles opposées aux revendications du lobby LGBT. « Je ne ferai jamais d’excuses pour avoir écrit ce livre », a rétorqué Kelvin Cochran aux journalistes. « Tout ce que j’ai écrit dans ce livre est basé sur les Saintes Écritures, et non sur mes opinions personnelles. »


20-01-20151269 Média
Tags :  Discrimination, Liberté