Trafic d’organes de fœtus par le planning familial américain



Les faits remontent au mois de juillet 2014 en Californie, lorsque deux personnes, se faisant passer pour des représentants d’une société biotechnologique, ont filmé en caméra cachée leur rencontre dans un restaurant avec le Dr Deborah Nucatola, l’une des responsables du Planning Familial.

La vidéo de cet entretien, publié par Center for Medical Progress, crée la polémique. L’horreur et le manque de conscience sont poussés à leur paroxysme lorsque la responsable déclare : « Souvent les fœtus ne sortent pas en un seul morceau, mais démembrés. Nous sommes devenus très bons pour attraper les cœurs, les poumons, les foies, et nous essayons de ne pas écraser ces parties du corps. »

Elle continue en affirmant : « Beaucoup de gens veulent des cœurs. Hier, on m'a demandé des poumons. Certains d'entre eux veulent des extrémités. Ça, c'est facile. Je ne sais pas ce qu'ils en font. Je suppose qu'ils veulent du muscle.»

En Louisiane le gouverneur Bobby Jindal, a ordonné qu'une enquête soit ouverte dans son Etat sur les agissements du Planned Parenthood, où l'association projetait d'ouvrir une clinique, à la Nouvelle-Orléans. Le projet évalué à quatre millions de dollars a été suspendu en attendant les résultats de l'enquête. « Cette vidéo d'un responsable du Planning Familial discutant d'une collecte systématique et du trafic de parties du corps humain est choquante et horrible », déclare-t-il.

Alors que le code pénal américain indique que « le trafic commercial de parties du corps d'un bébé avorté est passible de dix ans de prison et d'une amende de 500 000 $ », notons que le même Planning Familial est financé par le gouvernement fédéral.

Nous comprenons mieux le pourquoi de la lutte acharnée d’une certaine catégorie de personnes à détruire des vies innocentes, et une fois de plus nous réalisons qu’en matière d’argent, plusieurs personnes choisissent de faire taire leur conscience.


21-07-2015598 Santé Société
Tags :  Avortement, Corruption