Une panne m'a sauvé



Michel Garnier, 91 ans, ancien combattant, vétéran du 25e bataillon de l'armée française sur la frontière tunisienne (1957-1959) a confié, mercredi 19 mars 2014, lors de la célébration de la journée nationale dédiée à la mémoire des victimes de la guerre d'Algérie à Melun la ville royale, « qu'il avait une Bible dans son baluchon et chaque matin, avant d'aller au front, il priait pour qu'il revienne vivant en France. »

« Nous avons perdu plusieurs copains sur la frontière tunisienne. Un jour, en partant en opération, j'ai d'abord fait ma prière devant des regards moqueurs des autres combattants de mon bataillon. On était en tête du convoi. Le Dieu du soudainement et du tout à coup a agi. Nous sommes tombés en panne, et derrière nous, suivait une auto-mitrailleuse qui finalement a pris la tête du convoi, le temps de faire notre réparation. À 100m, l'auto-mitrailleuse est tombée sur une mine, et tous les combattants à bord sont morts sur le champ et dans un ravin.

Les larmes aux yeux, j'ai regardé le ciel pour dire merci au Seigneur. J'ai suspecté derrière cette panne anodine, la main puissante de Dieu, car elle nous a épargnés de la catastrophe. Depuis cette tragédie, chaque soir, les autres venaient désormais prier avec moi.

J'ai 91 ans aujourd'hui, je suis au soir de ma vie, je connais la puissance de Dieu, et j'ai vu Sa main une fois sur moi et au bon moment sur le champ de bataille », a témoigné avec une voix rauque Michel Garnier.


23-05-20141153 Ephémérides